dufresne84

Diane Dufresne (Gaëtan Racine)

Introduction

Diane Dufresne n’a pas cessé depuis 1972, année où elle a pris possession de la scène culturelle québécoise, de susciter l’émotion et la controverse. Si Diane Dufresne se déguise en clown, c’est parce que c’est drôle; si elle porte les cheveux roses, « comme un coucher de soleil », c’est parce que c’est beau. L’image, chez cette femme émotive, est l’extériorisation de ses états d’âme ce qui, bien sûr, peut choquer ceux qui s’évertuent sans cesse à les bien cacher. Cette star est un baromètre moral parce qu’elle a un regard critique sur sa propre folie qui est aussi celle des autres, parce qu’elle a pu, par une lutte attentive, la canaliser en douce folie et nous la montrer dans ses chansons comme vérité sociale, parce qu’elle a connu la répression familiale en tant qu’enfant, sociale en tant que femme, parce qu’elle s’est engagée à nous représenter notre originalité, parfois malgré nous, en assumant la sienne comme un quête de liberté. Son look est indissociable de ses chansons, et ses chansons de sa vie.

Chapitre 1 : la prison rose

Dans l’Est, près du port...

Diane Dufresne est née le 30 septembre 1944 dans le quartier Hochelaga. Quartier entouré d’usine près du port, Hochelaga a aussi sa langue : c’est le « joual ». La future rockeuse ne passera que sa première enfance dans cet épicentre de la culture urbaine montréalaise, jusqu’à l’âge de raison. Ses premiers compagnons de jeux, elle les trouvera sur les trottoirs et dans les ruelles où se mêlent les bandes d’enfants de grosses familles d’ouvriers canadiens-français, employés d’Angus ou de la General Electric. Le père de Diane travaille à son compte comme agent d’assurance. Dès le début des années 50, les Dufresne déménagent dans la nouvelle banlieue-est de Ville d’Anjou, dans une maison peinte en rose. La mère de Diane est une femme très belle, blonde aux yeux gris. Pendant huit ans, Diane sera fille unique. C’est une enfant choyée. Elle a le diable au corps, elle fait une rire, elle est insolente, elle pose des questions et se fait régulièrement punir. Habituée à l’adoration de ses parents, les rapports de Diane avec les autorités scolaires seront un peu problématiques. L’école ne sera jamais son fort; elle a plutôt le genre autodidacte. Même si elle a la moyenne exigée, les maîtres la font redoubler; ils jugent qu’elle peut faire mieux.

La petite reine

Dans les veillées québécoises, Diane aime chanter devant les grands. Elle a une belle voix et le sens du spectacle. Sa mère nourrit la future star. Elle l’habille en adulte et l’emmène voir des spectacles au théâtre Mercier. De retour chez elle, Diane s’amuse à imaginer des mises en scène et des poses qu’elle réalise dans ses spectacles devant les adultes. Diane avait huit ans quand naquit sa soeur Carole. Dès que Carole a atteint l’âge de partager ses jeux, elle devient le sujet préférés des scénarios de Diane. Elle la déguise avec des chiffons, lui fait incarner des personnages. Diane rêvait de se déguiser en reine. Mais Carole voulait toujours faire la reine quand elle jouaient. Alors Diane cédait.

De l’autre côté de l’arc-en-ciel

Un autre enfant vient bientôt se joindre à la famille Dufresne, un garçon, cette fois, du nom de Gaëtan. Peu de temps après, sa mère tombe malade du cancer, et ne s’en remettra pas. Diane a douze ans. Le choc du réel est terrible. C’est un drame. Toute l’agressivité de Diane part de là. Ca déforme son tempérament qui était joyeux. Diane doit veiller à la continuité du train-train domestique. A 13 ans, la tâche familiale la met dans l’obligation d’abandonner l’école pour s’occuper de son frère et de sa soeur. Sa mère, si belle, si jeune, meurt en 1957, à 34. Tragédie qui inscrit à jamais, dans la pensée de Diane, la fragilité de la beauté et l’angoisse de la perte : un effroi mêlé de fascination devant le mystère de la mort. Aussi bien ce passage abrupt d’une enfance euphorique au joug de la souffrance, donne déjà à Diane les deux pôles de sa profonde dualité. Son adolescence sera extrêmement difficile. Le décès de sa mère l’amène à la limite de l’effarement. La découverte de son corps et de sa sexualité coïncide avec la détérioration de celui de sa mère. Et quand elle tente de conjurer sa peur, comme plus de vingt ans plus tard quand elle chantera : « J’ai douze ans maman, j’ai pas peur du sang, j’suis plus une enfant: pour qui tu m’prends ? », c’est à elle-même qu’elle doit s’adresser dans l’absence de sa grande complice. Mais la révolte qui monte en elle va trouver une réponse dans l’époque. Ce sont les adolescents qui s’insurgent contre tout mais aussi le rock’n’roll.

Cendrillon chez les Beatniks

Diane rencontre ses premiers garçons. On sort entre copains dans les grosses voitures à papa. Elle adore Presley. A 15 ans, quand joue « Love me tender », elle connaît son premier amour. La « Chanson pour Elvis » sera l’évocation de cet érotisme naissant que modulent la voix et l’aura de l’idole. Diane va au « drive-in » voir les films de Marylin et de James Dean. Une étape dans l’histoire familiale va venir raviver sa douleur et cristalliser son agressivité. Son père fréquente une dame nécessairement appelée à devenir son épouse. Diane qui est à l’âge où rien ne va plus de soi, voit la chose plutôt d’un mauvais oeil. Quand son père se remarie, la rivalité entre la jeune fille et l’étrangère s’installe immanquablement. La dame est stricte et interdit à Diane de revoir son copain parce qu’il lui a touché un sein. Diane était punie pour trois jours si elle touchait à la tranche de pain en dessous de celle qu’elle prenait. En faisant la vaisselle, il fallait essuyer les dents des fourchettes. Une jeune fille devait dire « nous » au lieu de « je » devant un homme. C’était pire que dans un couvent. C’est pourtant sa belle-mère qui donnera à Diane ses premières notions de théorie musicale. Sous son égide, les trois enfants Dufresne furent initiés au piano. Mais c’était le seul son toléré : « Pas le droit de parler à la maison. Le silence obligatoire. Littéralement ! Pendant des années !

La prison rose

Diane se rebiffe. On veut la faire taire : elle chantera. A 16 ans, elle s’inscrit aux cours de Simone Quesnel qui va lui enseigner la diction, la pose de la voix et la technique vocale. Diane retourne à l’école et commence à suivre des cours avec l’intention de devenir infirmière. A cette époque, la maison des Dufresne fut cambriolée. On ajouta des barreaux à chaque fenêtre. C’est ainsi que les enfants du voisinage commençèrent à l’appeler « la prison rose ».

Chapitre 2 Du bateau blanc à l’Ecluse

Le bateau blanc

Alternant cours de chant et cours d’infirmière, vie rangée de petite fille sage de banlieue et sorties de week-ends en beatnik, Diane expérimente déjà diverses facettes de sa personnalité complexe sans en avoir trouvé la cohésion. Son agressivité lui donne à première vue l’air intraitable. Elle cache en fait une timidité presque maladive qui vient accentuer un malencontreux eczéma du visage qui sera son cauchemar jusqu’à la vingtaine. L’idée de devenir chanteuse est encore un beau rêve lointain. C’est une jeune fille meurtrie et solitaire qui pleure tout le temps quand elle prend le bus. Elle est toujours punie en classe à cause de son agressivité. Elle s’habille comme une beatnik. Elle va voir Gilbert Bécaud qui chante « Tu auras ton bateau blanc », c’est l’illumination. Il lui semble soudain que ces mots s’adressent à elle comme un signe. Cette chanson lui donne la conviction qu’elle s’en sortira. Ce bateau blanc aura pour nom Ginette, une jeune fille de son âge qui la remarque dans les couloirs de l’école. Diane s’ouvre aux confidences. Elle chante à l’oreille de Ginette qui va donner confiance à son amie. A 18 ans, Diane travaille dans un hôpital comme assistante-infirmière. Comme si la mémoire de l’agonie de sa mère associait encore en elle le don de soi et la souffrance physique, elle s’impose à nouveau le spectacle physique, elle s’impose à nouveau le spectacle de la faiblesse et de la mort. A la porte de l’hôpital, faute d’assurance-maladie, on refuse des enfants pauvres ou orphelins. Diane n’a pas oublié ce médecin qui mettait du lait de femme dans son café, croyant faire de l’esprit ! Puis, à l’opposé, elle voit avec tristesse des infirmières qui pleurent à la mort de leur patient.

Le premier spot light

Ginette pousse son amie à se produire sur scène. Diane chante au carnaval de ville d’Anjou dans le grand froid. Diane a vingt ans. Dans ce milieu des années soixante, c’est l’apogée du royaume des « idoles ». Il suffit d’être jeune et bien tourné, on vous colle une chanson à l’avenant, vous branche à la télé et vous voilà parti pour la gloire. Mais pas question de chanter le yé-yé ! Diane a besoin de paroles aux dimensions riches qu’elle puisse faire vibrer par sa sensibilité. Aussi, elle se tourne naturellement vers le répertoire des chansonniers et des poètes. André Gagnon qui commence à se faire connaître comme un des meilleurs accompagnateurs en ville est appelé par Ginette pour accompagner Diane. Diane lui chante une chanson de Colette Renart et André accepte de jouer avec elle à « La Guillotine » la nouvelle boîte de Saint-Jérôme où André doit faire la première partie de Guy Béart. Luc Plamondon est dans l’assistance. Diane est vêtue d’une petite robe noire.elle chante Aragon, Ferré, Brel, Vigneault. Nous sommes en février 1965.

A la même époque, Ginette et Diane sont en vacances à Sainte-Margueritte dans les Laurentides. Un soir, elles vont voir Danielle Oddera, une Marseillaise qui donne des revues. Elles lui proposent de la ramener en voiture à Montréal. Diane, toujours timide parle peu mais Ginette et Danielle parlent de chansons. La soeur de Danielle, Clairette, possède une boîte à chanson et Ginette révèle que Diane est chanteuse. c’est ainsi qu’une semaine plus tard, Diane passe une audition et est engagée pour 70 dollars par semaine. On l’entend à l’émission de radio de Lucille Dumont et « Chez Miville » à la télé, elle fait « Pleins feux » à Radio-Canada et « Découverte » à Télé-Métropole. Diane abandonne l’hôpital et décide de se consacrer à sa carrière de chanteuse. Elle part pour l’Europe avec Ginette en août 1965.

Sur les traces de Juliette

A Paris, elle rencontre Charles Aznavour à qui on l’a recommandée. Ce dernier lui conseille de s’inscrire aux cours de Jean Lumière. Son enseignement sera d’une grande importance pour elle. Sa technique, basée sur le yoga, lui apprend à respirer. Une de ses techniques est de s’asseoir sur elle et de l’obliger à chanter comme si de rien n’était. Elle suit aussi des cours d’art dramatique avec Françoise Rosay. Mais cela ne marche pas à cause de son accent, on ne lui donne que des rôles de soubrette et car elle n’arrivait pas à parler sans regarder le public. En octobre 65, elle retrouve Luc Plamondon qui étudie à Paris, l’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre. Ils vont dans les restaurants et font exprès de parler québécois très fort rien que pour voir la tête que font les gens. Le premier engagement de Diane à Paris eut lieu dans une boîte de la butte Montmartre. Le spectacle débute par des numéros de strip-tease. Puis arrive Diane. La patronne la présente comme « une jolie poulette bien fraîche venant du Canada ! ». Elle chante cinq chansons de Vigneault, Ferland, Léveillée mais personne n’y prête attention. La patronne lui demande de changer de répertoire mais Diane ne se présentera plus. Alors elle chante dans plusieurs boîtes de la rive gauche : à l’Echelle à Jacob, au Pont du Salut et à l’Ecluse. Un critique parisien lui fait alors un article élogieux dans le magazine Arts-Loisirs.

Chanteuse de club

Vient 1967. Diane revient au Québec avec, dans ses valises, ce qui se fait de neuf à Paris. Elle sera ainsi une des premières à interpréter les chansons de Barbara au Québec. Mais le démarrage de sa carrière au Québec ne se fera pas aussi facilement que prévu. Elle enregistre « Le Canadien errant », thème du film « Vivre en ce pays ». Pour continuer de chanter, elle fait son apprentissage des cabarets pendant deux ans. Ce seront des années dures où elle dépensera souvent son énergie à engueuler son public pour qu’il l’écoute chanter. Son esprit avide se nourrit de tous les livres, ou alors elle dessine, griffonne, gribouille, fait la cuisine, la vaisselle, n’arrête pas. A l’époque, il n’y a plus rien d’évident. On remet tout en question avec les Beatles, les Rolling Stones, Janis Joplin et Jimmy Hendrix. Diane devient amie avec Mouffeet Yvon Deschamps.

Chapitre 3 : Me vl’là

L’humour

C’est alors qu’elle est dans ce creux de la vague que Diane rencontre Clémence Desrochers. Cette dernière lui parle d’un projet satyrique qu’elle veut faire au Patriote. Il s’agit d’un enchaînement de sketches loufoques où l’on improviserait sur diverses situations féminines avec, pour thème général, « Qui c’est qui va sortir les vidanges à soir ? » Diane va jouer avec Clémence mais aussi Louise Latraverse, Paul Bayard et Chantal Reneaud. Diane découvre son sens de l’humour. Son personnage sera celui d’une jeune fille qui vend des fleurs de plastique à la criée dans les clubs. Clémence Desrochers avait écrit, pour la circonstance, des chansons qu’elle fait mettre en musique par François Cousineau qui avait travaillé avec Robert Charlebois. Cousineau écrit pour Diane « L’épouse et l’Amante ». C’est le coup de foudre ! C’est la voix qu’il cherchait depuis des années. Sous le titre « Les Girls », la revue prend l’affiche au début de 1969. C’est un succès phénoménal qui tiendra l’affiche pendant plus d’un an.

L’amour

Le Québec change avec la création du Parti Québécois et l’évolution des moeurs. Denis Héroux parraine la vogue de films érotiques et fait appel à François Cousineau et au parolier Marcel Lefebvre. En 1969 et 1970, Diane enregistre les thèmes de « L’Initiation » et de »Sept fois par jour ». En avril 1970 sort le 45 tours « Un jour il viendra mon amour ». Il se vend à 30 000 exemplaires. Diane devient une super vedette.

La musique

Travaillant, expérimentant constamment la musique avec Cousineau, Diane apprend à moduler les rythmes aussi bien rock que brésiliens dont le musicien Cousineau qui est souvent allé à Rio est féru. Pendant les étés 1970 et 1971, Diane chante sur la scène du Chat Gris au Théâtre de la Marjolaine. Elle est vêtue de cuir, couverte d’anneaux. Elle chante les Beatles, Santana, les rythmes sud-américains.

La parole

Au début de 1972, personne n’a pu prévoir qu’une Apocalypse ayant nom  Diane Dufresne aurait lieu avant la fin de l’année. Le public, comme les gens du métier, croyait la connaître mais ce qui lui manquait pour nous marquer au fer rouge, c’était un langage à elle qui cimenterait ses multiples facettes, qui permettrait de dire une à une ses contradictoires. En janvier 1972, Plamondon revient à Montréal. Il retrouve Diane et un soir après dîner il improvise « Tiens-toé ben, tiens-toé ben – Me v’là, j’arrive ! ». Diane travaille avec Plamondon et Cousineau pour son nouvel album. L’échange entre Diane et Luc est créatif, vivant et vital. Plamondon écrit « La chanteuse straight ». C’est un autoportrait de Diane. Pourtant Plamondon avait écrit cette chanson sans se concerter avec Diane. Elle avait refusé de la chanter à moins qu’il ne change certaines paroles. Luc n’en fit rien. Diane avait peur de l’idée de suicide à la fin de la chanson.

La femme-cartoon.

« L’Homme de ma vie » sorti en 45 tours en octobre 1972 fait fureur en France et au Québec. Les Français n’en reviendront jamais qu’on puisse répondre « J’fais mon possible » à la question « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? ». Le lancement de l’album « Tiens-toé ben j’arrive » se fait à la Gare Centrale. Diane a trouvé son look. Bottée, coiffée d’un haut-de-forme, vêtue de toutes les couleurs, la petite bonne femme qui chantait en se dandinant « Me vl’là », semblait surgir tout droit d’un « cartoon ».

Chapitre 4

  1. D. Highway

Le nouveau spectacle qu’elle présente au Patriote avec les musiciens de François Cousineau en décembre 72 confirme la révélation. Costumée en « Barbarellea », elle se déchaîne comme jamais. Les spectacles vont se succéder l’un après l’autre de façon serrée et dans toutes salles. Elle fera ses premières grandes salles. Elle fera entre autres la Butte à Mathieu, le Centre sportif et la salle Maisonneuve de la Place-des-arts puis une tournée à travers tout le Québec. Le public de Diane est représenté par les gens qui aiment le rock, les femmes de son âge qui s’étaient libérées des clichés sociaux et du destin familial, les gens « politisés », les originaux, les homosexuels. Aussi bien tout le monde la connaissaient maintenant au Québec. Elle fait deux fois l’émission « Appelez-moi Lise » qui est un sommet de la cote d’écoute à Radio-Canada. Elle explique sa nécessité de dire sa folie, sa vérité, ses émotions; commente et revendique comme une missionnaire ses contradictions et ses déguisements; défie l’hypocrisie des « chanteuses à corsets ». Elle provoque, on trouve vulgaire son franc-parler. Une station radio connue refuse de faire tourner son album, sous prétexte qu’il n’est pas « dans le son ». Cependant elle ne cesse d’étonner son public. Au Centre sportif, elle chante « La charmeuse de serpent » avec un vrai serpent. En septembre 1973 sort le nouvel album « A part de d’ça, j’me sens ben, l’opéra cirque ». Cette fois le trio est allé encore plus loin. Le disque se vend mal et ne sera bien perçu que par un petit groupe de « Happy few ». Le double titre de l’album vient de ce que les deux plages sont indépendantes l’une de l’autre et comportent chacune une thématique précise. « L’opéra cirque » comme son nom l’indique suit un libretto comme une comédie musicale sur la fin du monde. Du côté de « L’opéra-cirque » on voit Diane Dufresne en clown triste, un personnage qu’elle ne cessera d’approfondir par la suite. Quant au côté « A part de d’ça », il va faire sensation. On y voit Diane, bien campée dans une ruelle de son Est natal, les seins nus peints d’une fleur-de-lys. Elle parle du nationalisme québécois dans « J’sais pas où j’en vas ». « Rock pour un gars d’bicyc » est la célèbre chanson du macho motard pour qui le désir fou se consume jusque dans la mort. Puis les chansons s’enchaînent de la violence érotique à l’amour résigné du « Tour du bloc » au désir de briser la routine dans « on tourne en rond » jusqu’à l’extase finale de « J’me sens ben ».

En octobre 1973, Diane fait l’Olympia pour la première fois. Les Français s’attendent à une chanteuse un peu fantaisiste à la voix plutôt « rigolote » dans le ton de « L’homme de ma vie ». Diane qui roulait déjà à fond de train depuis qu’elle avait trouvé son style, dans la conviction de sa métamorphose récente, ne changea rien pour l’Olympia. Elle apparaît en bottes, avec une cuirasse à la Jeanne d’Arc, le symbole sacro-saint du peuple français. Elle est en première partie de Julien Clerc. Passé le moment de surprise, l’atmosphère en vient à la désapprobation. Quand elle se mit à chanter ses « Envoye-donc, lâche pas, lâche pas », des gens se mirent à chahuter. C’était de la provocation sexuelle ! Une personne au balcon se mit à l’insulter. Alors Diane arrêta tout et se mit à l’engueuler à son tour. Elle s’avança et, coup de théâtre tomba en bas de la scène !

Le Figaro salue une nouvelle « bête de scène » tandis que France Soir trouve « bien épouvantable pour l’oreille cette incroyable bouillie sonore suramplifiée ».

Diane se sent mal à l’aide à Paris car les gens ne sont pas su sa même longueur d’ondes.

Du 10 au 13 janvier 1974, elle présente pour la première fois dans son intégralité son spectacle de la fin du monde : « L’opéra cirque ». Diane apparaît sur scène dans un costume d’écuyère très moulant, en décolleté jusqu’au nombril attaché par des lacets. Sur « Rock pour un gars d’bicyc », un véritable « bicycle à gaz » surgissait à toute vitesse des coulisses et traversait la scène dans un bruit, une fumée et des éclairs lumineux d’enfer. Diane revenait sur scène dans une grande robe d’argent avec collerette qui donnait l’air à la fois spatial et angélique. C’était aussi un spectacle théâtral où le public, convié au « dernier show » était pris à partie, devenant personnage, acteur ou victime. Mais c’était surtout une tragédie où Diane se donnait totalement avec la tête comme l’indiquaient les t-shirts couverts d’encéphalogrammes des huit musiciens, et le coeur, greffé sur le t-shirt de Cousineau qui dirigeait. C’était le spectacle de la mort donné par une ancienne infirmière, au bout de ses forces et de sa capacité. Diane s’archarne à présenter ce spectacle en tournée. Mais au bout de ses forces, frisant la dépression, Diane, après son spectacle de la salle Wilfrid-Pelletier s’était imposé de courtes vacances avant de reprendre sa tournée. Elle avait découvert Acapulco. Elle y retournera huit fois au cours de la même année. C’est là qu’elle trouvait le ressoucement pour refaire son plein d’énergie.

Chapitre cinq : d’un Boeing à l’autre

Si le public québécois en général est d’emblée exigeant, le public de Diane Dufresne l’est encore davantage. Ceux qui la suivaient jusque-là la suivraient toujours.

Partir pour Acapulco

Le début de l’année 1974 est marqué par le succès de la nouvelle chanson de Diane, « Tu m’fais flipper ». C’est la chanson d’une femme mature, indépendante, qui sait ce qu’elle veut. Etre acceptée dans ses métamorphoses, que l’on aime en elle la spontanéité du changement, tel est le désir de Diane alors. Elle aime le Mexique et les Mexicains. A Acapuclo, elle s’imprègne d’une nouvelle mentalité, découvre le contact direct, simple, sensuel. Elle y va seule pour se retrouver, y retourne avec Luc Plamondon et, bien sûr, avec François Cousineau. C’est là qu’on trouve l’inspiration pour ce bijou de la chanson qu’est « Partir pour Acapulco ».