Fort évoque des averses de beurre ou de graisse, « sentant très fort » signalées dans comtés de Limerick et de Tipperary, en Irlande, par Robert Vans, de Kilkenny. Lettre consécutive de l’évêque de Cloyne sur un « étrange phénomène »,  observé à Munster et Leinster où une substance « molle, gluante et jaune foncé » que les paysans prirent pour du beurre était tombée au printemps 1832. Le « beurre » signalé par Robert Vans était censé avoir de grandes vertus médicales et fut mis en pots par les paysans. Fort en conclut qu’existe au-dessus de nos têtes une région stationnaire dans laquelle les forces gravitationnelles et météorologiques terrestres sont relativement inertes et qu’elle reçoit extérieurement des produits analogues aux nôtres. Fort pense que si des super-engins ont fait naufrage dans leurs allées et venues entre Mars, Jupiter et Vénus la question de leur carburant se pose avec autant d’acuité que celle de leur cargaison. On s’attendait à voir tomber des pluies de charbon, mais des moteurs à essence combustible ont pu être conçus depuis des siècles sur des mondes plus avancés.

VI L’incandescence des démons. Les scories de l’espace : Sel et soufre. Cendres et mâchefer. Les météorites ont leurs fossiles.

Les chutes de soufre ont toujours paru suspectes à l’orthodoxie moderne, sans doute à cause de leur association avec les superstitions ou principes de l’orthodoxie précédente : histoire de démons, exhalaisons sulfureuses. Les scientifiques ont nié la chute de soufre. Fort aurait voulu passer en revue toutes les vieilles histoires de démons apparus sulfureusement sur terre, dans le but d’exprimer qu’à plusieurs reprises, nous avons eu des visiteurs d’un autre monde et que le signe de l’origine externe est dans la sulfurosité. Le 30 janvier 1868, à Pulstuk en Pologne, une masse de soufre incandescent tomba sur une route et des villageois durent la piétiner pour l’éteindre.

Les chutes de sel sont courantes, mais les écrivains scientifiques les évitent, parce que seule l’eau, et non les matières solubles, est supposée s’évaporer. Le 20 août 1870, des cristaux de sel sont tombés pendant une chute de grêle en Suisse. Le 5 avril 1879, à Chicago, du mâchefer était tombé du ciel. A Darmstadt, le 7 juin 1846, Greg rapporte une chute de « mâchefer ordinaire ». Fort relate la chute de cendres aux Açores en 1875. Le Pr Daubrée a attribué la chute des Açores à l’incendie de Chicago. Un journal de Kimberley annonçait qu’à la fin de novembre 1883, une averse de matière cendreuse était tombée sur Queenstown, en Afrique du Sud, sous forme de boules minuscules, molles et pulpeuses, mais susceptibles, une fois séchées, de tomber en poussière au moindre contact. Les chutes de charbon semblent être l’œuvre du grand prêtre des damnés. Analogue au coke en tous points, telle est la substance qui précipita le 24 avril 1871, dans le département de l’Orne. Lawrence Smith combat tout rapport sur les chutes de matières carbonacées, en affirmant que le dépôt de cette matière sur divers objets est dû au seul impact avec la terre. Son positivisme écarte simplement le fait établi par Berthelot, Berzélius, Cloez, Wohler et quantités d’autres, selon lequel ces messes ne sont pas seulement recouvertes de matières charbonneuses, ou imprégnées de charbon. Le docteur Hahn annonça qu’il avait trouvé des fossiles dans les météorites. La substance qui s’abattit le 15 avril 1857 sur Koba, en Hongrie, contenait de la matière organique « analogue aux cires fossiles ». Le docteur Hahn photographia et décrivit des coraux, des éponges, des coquilles et crinoïdes, tous microscopiques qu’il affirma avoir trouvé dans des météorites.

VII  Des pluies d’êtres vivants, grenouilles et poissons, tortues, lézards et escargots, une supermer des Sargasses. La grande île de Genestrine.

Des êtres vivants sont tombés sur la Terre. Pour préserver le système, on souligne généralement que crapauds et grenouilles ne sont jamais tombés du Ciel, mais « se trouvaient au sol en 1er lieu », ou bien « qu’un tourbillon les ayant soulevés quelque part, les a lâchés ailleurs ». Fort souligne qu’il n’y a jamais eu un seul rapport décrivant une chute de têtards. Un nombre effarant de petits crapauds âges de un à deux mais ont été vus tombant d’un grand nuage épais an août 1804, près de Toulouse. Les scientifiques associent les pluies de grenouilles à des trombes mais ces trombes ne sont jamais identifiées ou localisées. Près de Birmingham, le 30 juin 1892, une pluie de grenouilles a été attribuée à une trombe maléfique mais on ne mentionne pas qu’un étang y ait contribué. Les grenouilles auraient été blanches. Fort pense qu’il faut livrer à notre civilisation des mondes nouveaux, où les grenouilles blanches auront le droit de vivre. Si des grêles de grenouilles sont venues ici d’ailleurs, tous les êtres vivants sur terre ont pu venir ancestralement d’ailleurs. La plus célèbre chute de poissons survint à Mountain Ash, dans la vallée d’Abedare, Glamoganshire, le 11 février 1859. Elle se localisait dans la propriété de Mr Nixon. Le Dr Gray, du British Museum conclut à une force. Quoi qu’il en  soit, l’hypothèse d’une trombe est mise en échec sérieux par deux détails. Le 1er est que la chute, loin de présenter la dispersion voulue, eut lieu sur une bande étroite de 80 mètres de long sur douze de large. La seconde, incroyable, mais sur laquelle les témoignages affluent est que dix minutes après la 1ère chute, une seconde se produisit au même endroit ! Fort pense que le fond d’un étang supergéographique a brusquement cédé. Il conçoit une région d’inertie qui serait à la gravitation terrestre ce que la zone neutre d’un animal est à l’attraction magnétique. Fort pense qu’il y a des pièces d’eau, des espaces creux, des fonds d’étangs, non entourés de terre, de vastes gouttes d’eau qui flottent dans l’espace, des déluges d’eau et des chutes de poissons. Mais aussi des zones où les poissons sèchent et pourrissent, avant de retomber par l’effet d’une dislocation atmosphérique. Fort rappelle pour les tenants de la ségrégation en trombe, que les objets lourds sont toujours séparés, dans un tourbillon, des objets légers : certains de ces poissons pesaient deux fois plus que les autres.

Dans une tornade du Wisconsin, le 23 mai 1878, une grange et un cheval ont été enlevés, on n’en a retrouvé ni trace ni miette. Le 11 mai 1894, est tombé à Vicksbourg, dans le Mississipi, un fragment d’albâtre. A 15 kilomètres de là, à Bovina, tombait une tortue. Le tout pendant une chute de grêle. . Selon Fort la tortue aurait survolé pédant près de six mois le Mississipi. La tortue et le morceau d’albâtre ont pu avoir des origines très différentes, venu peut-être de mondes différents. Ils ont pu entrer dans une zone de suspension située au-dessus de cette terre, flotter l’un près de l’autre longuement, tomber enfin avec la grêle. Fort pense à une région, suspendue au-dessus de la surface terrestre, où la gravitation n’opère pas, et qui n’est pas régie par le carré de la distance, tout comme le magnétisme est négligeable à très courte distance d’un aimant. Il pense que tout ce qui a été arraché à la surface de la terre est resté prisonnier de cette région jusqu’à libération par la tempête. Une Supermer des Sargasses. Elle contiendrait des épaves, des détritus, des vieilles cargaisons des naufrages interplanétaires. Fort évoque la chute d’insectes en Angleterre et en France. Flammarion parle d’une chute de larves en Haute-Savoie, le 30 juin 1869, pendant une tempête de neige. Enfin, en janvier 1890, chute en Suisse de larves si nombreuses que des nuages d’oiseaux furent attirés sur place. Elles venaient sans doute de Génésistrine. Génésistrine. L’idée qu’il pourrait se trouver quelque part au-dessus de nous un lieu d’origine de la vie, relativement à cette terre. Ce pourrait être une île de la Supermer des Sargasses. Les premiers organismes unicellulaires ont pu venir sur terre avant les amibes. L’évolution terrestre, dans son ensemble, a pu être un processus de population par immigration ou bombardement. Il fut un temps où toutes sortes de choses nous sont venues de Génésistrine : à présent, seules quelques espèces de larves et autres animaux ou objets en ressentent, à de larges intervalles, l’inspiration. Génésistrine est une région de la Supermer des Sargasses, certaines régions de cette supermer ont des rythmes de susceptibilité envers l’attraction terrestre.

VIII Des pierres de foudre, des objets manufacturés sont-ils tombés du ciel ? Une nouvelle pierre de Rosette.

L’orthodoxie veut qu’un objet pénétrant l’atmosphère terrestre à une vitesse planétaire échappe virtuellement à l’action des tempêtes : autant penser à une balle de fusil qui serait détournée de sa trajectoire par la brise d’un éventail. Le 2 septembre 1786, une boule de feu a survolé l’Angleterre pendant près de 40 minutes, c’est-à-dire 800 fois la durée que l’orthodoxie concède aux passages de météores. Fort pense à des objets se déplaçant à très faibles vitesse ou même totalement dépourvues de vitesse, planant à des kilomètres de la terre et déviés par la tempête, tombant dans un jaillissement de lumière. La Science décrète qu’aucun rapport ne saurait être établi entre les météorites et les orages ce qui n’empêche pas Fort d’avoir relevé trois chutes d’aérolithes e, Inde au cours d’orages en 1851. Des objets manufacturés de pierre et de métal sont tombés du ciel. Ils ont été arrachés par des perturbations atmosphériques à une région d’inertie totale par rapport à l’attraction terrestre. La pierre de foudre est à peu près n’importe quel fragment de minéral, très habilement travaillé. Pour Fort, la foudre ne peut reproduire l’exploit de frapper le sol près d’un caillou triangulaire à plusieurs reprises. C’est à l’île de la Jamaïque que des massues de néphrite brute tombent pendant les pluies. Pourtant on ne trouve nulle part à la Jamaïque, semblable minéral. En ce qui concerne la luminosité des pierres de foudre, Fort pense que tout corps traversant l’atmosphère terrestre n’a pas besoin d’être incandescent pour tomber dans un grand jaillissement de lumière semblable à un éclair. Fort tient que de nombreux objets et différentes substances  ont été arrachés par des perturbations atmosphériques à ce qu’il appelle la Supermer des Sargasses. Fort se moque de M. Symons qui a passé beaucoup de temps à nier l’aspect manufacturé des pierres de foudre et même leur existence. Fort évoque la chute de briques. A Richland, en Caroline du Sud, est tombé un objet gris-jaune, ressemblant à un fragment de brique. Les boulets et les pierres triangulaires peuvent signifier un bombardement de la terre, des tentatives de communication ou des visiteurs antiques. Près de Cashel, le 2 août 1865, une pierre pyramidale est tombée du ciel. Les bords arrondis de la pyramide sont striés à même la croûte d’une série de lignes aussi  parfaites que si elles avaient été tracées à la règle. Si quelqu’un voulait étudier la pierre de Castel comme Champollion la pierre de Rosette, il trouverait inévitablement la signification de ces lignes étranges.

IX Le faux standard de la « véritable matière météorique » des objets incrustés à même la matière.

De tous les météorites qu’on trouve dans les musées, il en est peu que l’on ait vu tomber. Si l’on ne peut rendre compte de certains spécimens qu’on le jugeait tombés du ciel, cette base d’admission est jugée suffisante. Tout amas de métal répondant au standard de la « véritable matière météorique » est automatiquement admis dans les musées. E.D. Hovey, du Musée Américain d’Histoire Naturelle, confie qu’à maintes reprises on lui a envoyé des blocs de calcaire fossilifère ou de mâchefer, accompagnés de récits circonstanciés des témoins oculaires de leur chute. Mais il les exclut tous comme n’étant pas de vraie substance météorique et les attribue aux sempiternelles coïncidences. Il est soutenu que certaines pierres arrondies trouvées dans une mine de charbon soient des « aérolithes fossiles », tombés du ciel plusieurs siècles auparavant, quand le charbon était friable et sur  lequel il dut se refermer, puisqu’on n’y trouve pas la moindre trace de pénétration. On a retrouvé dans une mine d’Ecosse un instrument de fer dans un bloc de charbon à deux mètres dix au-dessous de la surface. Fort pense que l’objet a pu ne pas tomber du ciel ni être fabriqué à l’époque de la formation du charbon par les indigènes de l’Ecosse, mais être abandonné par quelque visiteur extra-terrestre.

X La grande comédie des prédictions astronomiques. L’île du bon sauvage. La comète e Halley. Pluralité des autres mondes.

Fort a commencé par concevoir un autre monde, dont objets et substances tombaient sur terre, un monde qui eut ou a peut-être encore un intérêt tout tutélaire pour les choses terrestres.  Puis il a modifié cette conception jusqu’à celle d’un autre monde ui aurait tenté, depuis des siècles, de communiquer avec une secte, peut-être une société secrète, ou certains habitants très ésotériques de cette Terre.

Fort pense que les astronomes ont vu cet autre monde, que les météorologues, que les savants, que les observateurs spécialisés l’ont aperçu à maintes reprises. Mais que le Système en a exclu toutes les données.

Fort évoque « la découverte triomphale de Neptune »  qu’il ridiculise car l’orbite de Neptune coïncide si peu avec les calculs d’Adams et de Leverrier que Leverrier n’y reconnut pas la planète de ses calculs. Halley se trompa de plusieurs degrés en repérant sa comète. L’exactitude astronomique : tout le monde serait tireur d’élite si l’on n’enregistrait que les visées exactes. Quant à la comète de Halley, en 1910, tout le monde prétend l’avoir vue, quitte à se parjurer, pour ne pas être accusé de se désintéresser des grands événements. De terrifiantes prédictions faites par des astronomes aussi honnêtes que crédules devaient arriver en 1903 mais rien ne se passe. Fort s’efforce de concevoir le monde comme large, mais amorphique, indéfini et hétérogène. Il pense que certains des autres mondes peuvent posséder des conditions de vie analogues aux nôtres, mais il croit que certains sont si différents que leurs émissaires ne pourraient vivre parmi nous sans des moyens artificiels d’adoption.

XI Des inscriptions sur un météorite ?

Nous avons eu des visiteurs. Le disque de Grave Creek. Une tentative de communication. Les sceaux chinois de l’Irlande.

Selon Charles F. Holder, une pierre étrange ressemblant à une météorite tomba dans la vallée de Yaqui au Mexique. Le bruit courait qu’elle comportait des inscriptions humaines. Holder y reconnut des symboles mayas. Un certain C. Jones trouva en Georgie deux croix d’argent précieusement armées. Il voulut y voir des signes incas. Mais Fort pense que ces croix viennent de visiteurs extraterrestres. En 1838, M. A. B. Tomlinson, propriétaire du grand tumulus de Grave Creek, en Virginie occidentale exhuma une petite pierre plate et ovale, un disque recouvert de caractères alphabétiques gravés. On crut y voir de l’alphabet hébreu moderne et cette pierre fut considérée comme une supercherie. Mais Schoolcraft examina la pierre et se prononça en faveur de son authenticité. Fort déclare donc les experts nuls. En Europe également, on trouva des pierres gravées avec des inscriptions. Ce fut l’une des plus curieuses énigmes de toute la phéhistoire. M. J. Huband Smith a lu à l’Académie Royale irlandaise la description de douze sceaux chinois découverts en Irlande. Is se ressemblent tous. Ce sont des cubes représentant un animal assis. En 1852 on en trouva encore une soixantaine . Il n’y a eu aucune explication orthodoxe.

XII Des relations diplomatiques avec l’espace. Nous sommes des cobayes. Les géants sur la terre. Croix de fées et silex pygmées d’Elvera et de Monstrator. LA colère d’Azuria. Les forts vitrifiés.

La conscience du réel est la plus grande résistance possible aux tentatives qui sont faites soit de réaliser, soit de devenir réel, parce qu’elle se contente de ressentir ce qu’atteint la réalité. Fort s’oppose à l’attitude des Sciences lorsqu’elles s’imaginent avoir réalisé une fin. Fort se demande pourquoi les extraterrestres ne se montrent ils pas ouvertement à nous. Il trouve une réponse : « éduquerions-nous, civiliserions-nous, si nous le pouvions, des cochons, des oies et  des vaches ? Serions-nous avisés d’établir des relations diplomatiques avec la poule qui fonctionne pour nous, satisfaite de son sens absolu de l’achèvement ?

Fort pense que pour les extraterrestres nous sommes des biens immobiliers, des accessoires, du bétail. Il pense que nous appartenons à quelque chose. Qu’autrefois la Terre était une sorte de no man’s land que d’autres mondes ont exploré, colonisé et se sont disputé entre eux. A présent, quelque chose possède la Terre et en a éloigné tous les colons. Peut-être sommes-nous utilisables, peut-être un arrangement s’est-il opéré entre plusieurs parties : quelque chose a sur nous droit légal par la force, après avoir payé pour l’obtenir, l’équivalent des verroteries que lui réclamait notre propriétaire précédent, plus primitif. Et cette transition est connue depuis plusieurs siècles par certains d’entre nous, moutons de têtes d’un culte ou d’un ordre secret, dont les esclaves de premières classes nous dirigent au gré des instructions reçues, et nous aiguillent vers notre mystérieuse fonction. Charles Fort croit donc aux théories du complot en rapport avec les extraterrestres. Il pense que les extraterrestres ont envahi la Terre il  y a longtemps et que les anciens Bretons de l’Angleterre étaient bleus. Il croit à l’existence de géants prouvée par lui par la découverte de haches géantes ou encore des traces de pas dans le grès, nettes et précises, à Carson, dans le Nevada : longues de 50 à 60 cms. Fort voit très bien ces êtes gigantesques comme des visiteurs occasionnels de la planète. Fort évoque les Croix de Fées. En Virginie, on a trouvé de toutes petites croix. Une race d’êtres minuscules qui crucifiaient les blattes. C’étaient des hommes en miniatures : ils crucifiaient. Pour les scientifiques, les croix n’étaient que des cristaux. Fort évoque les silex pygmées. Ce sont de tout petits outils préhistoriques d’une longueur de deux ou trois millimètres. On en a trouvés en Angleterre, en Inde, en France et en Afrique du Sud. Ils ont été assimilés à des jouets d’enfants préhistoriques. Le professeur Wilson a remarqué que non seulement les silex étaient minuscules, mais encore que leurs éclats étaient minimes. Ceci semble conclure, soit en faveur d’êtres minuscules, soit en faveur de sauvages très ordinaires qui les auraient taillés avec une loupe.

Fort appelle Monstrator le monde des géants, un univers en forme de fuseau, long de 200 000 kilomètres sur son axe majeur. Es êtres minuscules seraient les habitants d’Elvéra qui seraient venus sur Terre.

En 1836, de jeunes garçons découvrirent une petite caverne et 17 cercueils en miniature, longs de 5 à 6 centimètres. Dans ces cercueils, il y avait de minuscules silhouettes de bois, taillées fort différemment en style et en matière. Les cercueils avaient été déposés l’un après l’autre dans la petite caverne, à plusieurs années d’intervalle. Certains étaient pourris et d’autres récents. Fort pense que Stonehenge peut signifier n’importe quoi – des nains ambitieux, des géants à l’état d’homme des cavernes, ou des architectes post-impresionnistes d’une civilisation trop avancée.

Fort évoque un autre monde extraterrestre, Azuria, d’où venaient les hommes bleus, dont les descendants se sont dilués comme des sachets d’indigo sur un évier de buanderie. Azuria s’est mise en colère parce que les peuplades terrestres ne voulaient pas assimiler leurs colons d’Angleterre, ne voulaient pas devenir bleus pour lui faire plaisir. Fort parle des forts vitrifiés qui entourent l’Angleterre. Il pense qu’un jour Azuria, des ses ouragans électriques, a voulu balayer sur terre tous les peuples qui lui résistaient.