L'Iliade.

iliade

 

Aux noces de Thétis et de Pélée, où les dieux festoient, Eris (la Discorde) survient et suscite une querelle entre Héra, Athéna et Aphrodite au sujet de leur beauté. Sur l'ordre de Zeus, elles s'en remettent au jugement du jeune berger Pâris, fils du roi de Troie, Priam, qui garde les troupeaux de son père sur l'Ida.

Aphrodite l'emporte en promettant à Pâris de lui faire épouser la plus belle des femmes, Hélène.

Ménélas décide avec son frère Agamemnon, roi de Mycènes, et le vieux Nestor, roi de Pylos, d'entreprendre une expédition contre Troie pour châtier Pâris et recouvrer Hélène. Pour subsister, les Grecs font de nombreuses razzias dans les îles et dans les cités d'Asie Mineure alliée aux troyens. La fille de Chrysès, prêtre d'Apollon, appelée Chryséis du nom de son père se trouvait par hasard à Thèbes auprès d'une d'Eétion ; elle est capturée par les Grecs et, lors du partage du butin, attribuée à Agamemnon. C'est la démarche de Chrysès, venu auprès des Grecs pour racheter sa fille, et le refus brutal d'Agamemnon qui provoqueront la peste envoyée par Apollon pour venger son prêtre et, par voie de conséquence, la colère d'Achille, qui fait le sujet de l'Iliade.

Chant I.

Invocation.

La déesse est invoquée pour chanter la colère d'Achille qui valut aux Grecs d'innombrables malheurs.

La peste et la querelle.

Apollon qui se quereller Agamemnon et Achille et provoqua la peste pour venger Chrysès dont la fille avait été enlevée par Agamemnon.

Chrysès avait imploré Agamemnon et Ménélas, les deux chefs de guerre de lui rendre sa fille. Les Grecs étaient tous d'accord saufs les deux chefs. Agamemnon voulait la ramener chez lui et la garder dans son lit. Alors Chrysès invoqua Apollon. Apollon entendit sa prière. Il envoya des flèches sur les Grecs et brûla les morts. Pendant neuf jours, les traits du Dieu criblèrent. Mais le 10e, Achille assembla ses hommes. Il en demanda d'interroger les devins ou les prêtres ou ceux qui savent interpréter les songes pour connaître la cause de la colère d'Apollon.

Le devin Calchas, fils de Thestor, dit aux Grecs qu'il expliquera la colère d'Apollon si Achille lui garantit la vie sauve. Achille accepte. Alors Calchas révèle qu'Apollon veut punir l'affront fait à son prêtre Chrysès. Apollon n'écartera le terrible fléau que lorsque les Achéens auront rendu à Chrysès sa fille et vers Chrysè conduit une sainte hécatombe.

Cela provoque la colère d'Agamemnon mais il accepte de rendre Chryséis car il veut le salut de l'armée.

Il veut juste qu'on lui procure une autre part d'honneur. Achille lui promet de lui donner quatre fois la valeur de Chryséis si Zeus permet qu'ils ravagent Troie.

Agamemnon remet cela plus tard et ordonne qu'on lance un noir vaisseau avec Chryséis à bord et qu'un sacrifice soit fait pour calmer Apollon.

Achille est irrité par la menace qu'a lancée Agamemnon de confisquer le lot que lui ont attribué les fils de l'Achaïe alors que la part d'Achille n'est pas égale à celle d'Agamemnon. De plus, Achille n'a rien contre les troyens. Il est venu faire la guerre pour aider Ménélas et Agamemnon à tirer leur vengeance. Il menace de partir.

Agamemnon refuse de le supplier de rester et si Apollon reprend Chryséis alors Agamemnon ira au campement d'Achille pour lui prendre la belle Briséis.

Alors Achille tire du fourreau sa grande lame mais Athéna, envoyée par Héra, l'arrête.

Elle lui révèle que pour prix de l'offense d'Agamemnon, un jour il recevra de splendides présents d'une triple valeur. Alors Achille range son épée et se contente d'insulter Agamemnon.

Il lui dit qu'un jour tous les achéens regretteront Achille et dans sa douleur Agamemnon sera impuissant, quand, nombreux, sous les coups de l'homicide Hector, ils tomberont mourants.

Alors Nestor, le brillant orateur de Pylos, leur dit que les troyens seraient ravis d'apprendre qu'un conflit oppose Achille à Agamemnon. Il leur conseille de faire la paix en rappelant leurs valeurs communes. Achille accepte qu'on lui enlève Briséis mais menace Agamemnon de mort s'il s'empare du reste de ses biens.

Puis Ulysse conduit le vaisseau qui emporte Chryséis. Les Grecs immolent Taureaux et chèvres par troupeaux pour apaiser Apollon.

Enlèvement de Briséis.

Agamemnon ordonne à ses serviteurs Talthybios et Eurybate d'enlever Briséis. En les voyant Achille leur laisse Briséis.

Il les prend en témoins si l'on a de nouveau besoin de lui plus tard pour écarter des achéens l'affreux malheur.

Achille, ensuite, évoque sa mère en pleurant. Il est blessé par l'affront d'Agamemnon et ne comprend pas pourquoi Zeus n'a pour lui aucun égard.

Alors Thétis lui apparaît et veut savoir pourquoi il pleure.

Achille raconte à sa mère la cause du conflit qui l'oppose à Agamemnon.

Il lui demande de parler à Zeus pour qu'il accorde aux troyens son secours et pousser vers la mer les Grecs décimés aux poupes de leurs nefs.

Ainsi Agamemnon reconnaîtra qu'il a commis une faute en outrageant Achille.

Thétis lui demande de ne plus prendre part à la guerre. Elle parlera à Zeus quand il sera revenu sur l'Olympe dont 12 jours.

Restitution de Chryséis.

Lors à Chrysè parvient Ulysse, conduisant l'hécatombe divine. On fait descendre l'hécatombe du navire. Chryséis sort du vaisseau. Ulysse la remet à son père. Chrysès implore alors Apollon d'écarter son fléau des achéens. Puis l'on se met au festin. Le lendemain, Ulysse revient au camp des Grecs.

Achille rumine sa colère. Il ne va plus à l'assemblée ni au combat.

Dans l'Olympe.

Thétis vient à l'Olympe pour parler à Zeus.

Elle lui demande d'accorder la victoire aux troyens. Tant qu’Achille n'aura pas obtenu des Grecs plus grande gloire. Zeus hésite car il ne veut pas irriter Héra mais il accepte. Héra l'accuse de comploter. Elle a deviné ce que lui a demandé Thétis.

Héphaestos demande à Zeus et Héra, ses parents, de se réconcilier.

Chant II.

Dieux et guerriers dorment toute la nuit. Seul Zeus est éveillé. Il réfléchit au moyen d'honorer Achille et de faire périr les achéens. Le parti qu'en son âme il juge le meilleur, c'est d'envoyer au fils d'Atrée Agamemnon le Songe malfaisant.

Alors le Songe vient parler à Agamemnon en tant que messager de Zeus.

Il lui ordonne d'armer les achéens et de prendre Troie puisque les dieux de l'Olympe ne sont plus divisés. Les prières d'Héra les ont tous fait fléchir. Agamemnon s'éveille.

Il commande aux hérauts d'appeler les achéens à tenir assemblée.

L'épreuve.

Agamemnon fait d'abord siéger le conseil des anciens. Il leur parle du divin Songe qui ressemblait à Nestor. Agamemnon parlera aux soldats pour les sonder. Il leur conseillera de s'enfuir puis les anciens sauront trouver les mots pour les retenir. Nestor ordonne alors de faire s'équiper les Grecs. La Rumeur, messagère de Zeus, rassemble les soldats.

Agamemnon leur fait croire que Zeus l'a invité à rentrer dans Argos car même si les achéens sont supérieurs en nombre, les troyens ont de nombreux alliés. Agamemnon ordonne alors de regagner les nefs. Les soldats obéissent. Alors Héra appelle Athéna. Elle lui demande de retenir les Grecs.

Athéna vient trouver Ulysse pour qu'il retienne les soldats.

Ulysse se présente à Agamemnon et prend le sceptre qu'il lui tend. Il s'approche de chaque roi, de chaque chef pour leur expliquer qu'ils n'ont pas compris ce que voulait Agamemnon.

Ulysse frappe les hommes du commun avec le sceptre et les traite de lâches.

Ainsi, parlant en maître, il apaise l'armée. Les soldats font demi-tour et accourent à l'assemblée. Seul reste Thersite. Il est laid. Avec ses cris aigus il clame ses injures à Agamemnon. Il dit qu'il est temps de rentrer chez eux.

Ulysse le sermonne et de son sceptre, il lui frappe soudain le dos et les épaules. Thersite, se courbant, verse de grosses larmes.

Il a une bosse au dos et les achéens se moquent de lui.

Athéna, sous l'aspect d'un héraut, ordonne le silence pour qu'Ulysse puisse parler. Il dit aux soldats qu'ils bafouent Agamemnon et renient la promesse de détruire Troie.

Il leur parle d'un prodige qu'il a vu près d'un platane. Un horrible serpent au dos rouge que Zeus lui-même appelait vers le jour jaillit de sous l'autel où Ulysse se trouvait. Le serpent gagna le platane. Dans le platane il y avait un nid garni de huit petits passereaux et leur mère. Le serpent les dévora. Zeus changea le serpent en pierre. Calchas y voit un présage. Les neuf oiseaux représentent les neuf années de guerre à Troie et la 10e Troie sera prise.

Les achéens poussent alors une clameur. Nestor leur dit de ne pas se presser de rentrer chez eux et d'attendre plutôt qu'en partageant le lit d'une femme troyenne chacun se venge en fin de toutes les alarmes et de tous les sanglots dont Hélène fut cause.

Si un achéen voulait partir, il périrait en mer puni par Zeus.

Nestor conseille à Agamemnon de répartir les guerriers par clans et par tribus. Ainsi, il pourra savoir qui, des chefs, qui, d'entre les soldats est lâche ou courageux puisqu'ils affronteront la bataille par groupes.

Agamemnon menace de tuer tout homme qui s'écartera du combat.

Préparatifs du combat.

Les soldats poussent une clameur et retournent dans leurs campements pour manger. Ils prient les dieux de leur éviter la mort.

Agamemnon immole un boeuf à Zeus. Puis il invite Nestor, Idoménée, les deux Ajax, Diomède et Ulysse. Ménélas les rejoints. Agamemnon prie Zeus pour gagner la guerre.

Puis l'on se met au festin.

Ensuite Nestor encourage Agamemnon à reprendre le combat. Athéna verse l'ardeur au coeur des achéens.

Catalogue achéen.

Pénéléas et Léitos, Arcésilas, Prothoénos sont chefs de Béotie. Ceux qui sont arrivés d'Asplédon, d'Orchomène, ville des Minyens, ont à leur tête Ascalaphos, Ialménos, fils d’Arès. Les Phocidiens sont commandés par Schédios et par Epistrophos.

Pour chef, les Locriens ont Ajax le fils d'Oïlée. L'Eubée est le pays des Abantes guerriers. Ils obéissent tous au rejeton d'Arès. Ensuite viennent ceux d'Athènes. Le fils de Pétéas, Ménisthée, est leur chef.

De Salamine, Ajax de Télamon amène 12 nefs, qu'il a conduites là, près des troupes d'Athènes. Puis viennent ceux d'Argos, de Tyrinthe, d'Hermione et d'Asiné, d'Eiones, de Trézène et d'Epidaure et les fils d'achéens nourris dans le pays d'Egine et de Masès.

Leurs chefs sont Diomède, Sténélos et Euryale. Ensuite viennent ceux de la belle Mycènes, de la riche Corinthe, de Cléonae, d'Aréthyra, d'Ornées, de Sicyone, d'Hypérésie et de la haute Gonoësse, de Pellène, d'Egion, d'Egiale et d'Hélicé.

Leur souverain est Agamemnon.

Ses guerriers sont les plus nombreux.

Ceux de Lacédémone ont pour chef Ménélas. Plus que tout autre preux, il entend se venger de toutes les alarmes et de tous les sanglots dont Hélène fut cause.

Après eux sont rangés les hommes de Pylos et d'Arène.

Ils suivent Nestor. Puis les gens d'Arcadie avec Agapénor, fils d’Ancée pour chef.

Ceux de Bouprasion et de la Sainte Elide ont suivi les chefs : Amphimacos, Thalpios Diorès et Polyxène.

Ceux de Doulichion et des îles Echines sont commandés par Mégès. Ulysse conduit tous les Céphalléniens. Thoas mène les Etoliens.

Les crétois suivent Idoménée et Mérion. Tlépolème amène neuf vaisseaux de Rhodiens.

Nirée a, de Symé, conduit trois navires. Puis ceux de Nysyros, Carpathos et Casos ont pour les commander Phidippos et Antiphos. Ensuite viennent ceux de l'Argos Pélasgique menés par Achille. Puis ceux de Phylacé, de Pyrasos, d'Iton, de Ptéléos ont eux Protésilas pour chef qui a été tué et remplacé par Podarcès.

Ensuite viennent ceux de Phérès, de Boebé, Iolcos, Glaphyres menés par Eumélos.

Puis les gens de Méthone et ceux de Thaumacie et ceux de Mélibée et d'Olizon étaient commandés par Philoctète blessé par un serpent. Il a été remplacé par Médon.

Puis ceux d'Orménion, Hypérée Astérion, Titanos suivent le brillant Eurypyle.

Ensuite viennent ceux d'Argine et de Gyrtone, d'Orthè, d'Elone, d'Oloosson guidés par Polypoetès et Léonteus.

Gounée a, de Cyphos, conduit 22 navires. Sous son commandement marchent les Perrhèbes. Puis les Magnètes ont pour guide Prothoos.

Les achéens sont venus avec 1186 vaisseaux et sont au nombre de 100 000. En regard, les Troyens proprement dits sont moins de 10 000, mais, avec leurs nombreux alliés, ils forment une armée d'environ 50 000 hommes.

Dans l'armée, parmi tous les chevaux, ceux du fils de Phérès l'emportent de beaucoup ; Eumélos les conduits. Des hommes, le meilleur, de beaucoup, c'est Ajax, le fils de Télamon, aussi longtemps du moins qu'Achille en son esprit conserve sa colère.

Catalogue troyen.

La déesse Iris annonce aux troyens que les achéens vont passer à l'attaque. En tête des troyens marchent le grand Hector, fils de Priam. Il range à ses côtés le plus fort contingent et les meilleurs soldats, ardents au jeu de lance.

Le noble fils d'Anchise, Enée, a les guerriers dardaniens sous ses ordres. Sa mère est Aphrodite. Il a avec lui Acamas et Achéloque, fils de Anténor.

Pandare, fils de Lycaon, mène les soldats de Zelée. Les hommes d'Adrastée et du pays d'Apèse, de Pityéia, de Téreia ont à leur tête Adraste et Amphios.

Puis viennent ceux de Percoté, de Practios, de Sestos, d'Abydos et d'Arisbé.

Ils suivent Asios. Hippothoos conduit les tribus des Pélasges avec Pylaeos. Acamas et Piroos marchent devant les Thraces. Euphémos commande les Cicones. Pyraechmès conduit les Péoniens.

Puis les Paphlagoniens suivent Pylaeménès. Les Alizones sont commandés par Odios et Epistrophos. Les chefs des Mysiens sont Chromis et Ennomos. Quant aux Phrygiens, ils ont à leur tête Phorcys et le divin Ascagne. Les Méoniens ont pour chefs Antiphos, Mesthiès, les fils de Talémène.

Nastès, de son côté, commande les Cariens. Quant aux Lyciens, ils ont pour guides Sarpédon et Glaucos.

Chant III.

Le défi à Pâris.

Achéens et troyens finissent par se joindre. Alors, beau comme un Dieu, se présente Alexandre en champion des troyens.

Ménélas se réjouit sitôt qu'il aperçoit Pâris. Il espère bientôt se venger du coupable.

Alexandre est effrayé et recule pour éviter la mort.

Hector revoit Pâris/Alexandre reculer et l'insulte.

Il pense que les troyens manquent d'énergie sinon ils auraient lapidé Pâris pour sa lâcheté.

Pâris lui répond qu'il est prêt à combattre Ménélas avec pour enjeu Hélène et tous ses biens.

Il veut que les troyens concluent un pacte d'amitié avec les achéens après son combat.

Hector s'adresse à son armée et à celle des achéens. Il leur annonce le défi de Pâris : lutter contre Ménélas pour arrêter la guerre.

Ménélas annonce que le différend entre Grecs et troyens doit être clos. Il souhaite que Priam conclut le pacte. Alors Grecs et troyens déposent les armes. Des agneaux sont sacrifiés.

Hélène sur les remparts.

Iris vient près d'Hélène.

À l'aspect de sa belle-sœur Caodice. Elle lui annonce le pacte de paix et le combat entre Pâris et Ménélas. La déesse mais dans l'âme d'Hélène un doux élan d'amour pour Ménélas. Hélène, escortée par de suivantes : Aethia et Clymène.

Elles prennent la porte Scée où se trouvent Priam et le conseil des Anciens. Les vieillards souhaitent la voir partir au lieu de demeurer à Troie comme un fléau.

Mais Priam lui parle et lui demande qui est l'achéen qu'il voit devant lui. Hélène répond que c'est Agamemnon. Priam désigne un autre Grec. Hélène répond que c'est Ulysse.

Anténor rappelle qu'Ulysse était venu en ambassade avec Ménélas. Priam désigne encore un achéen. Elle lui dit que c'est Ajax. Hélène cherche ses frère Castor et Pollux mais elle ne sait pas qu'ils sont morts.

Les serments.

Les hérauts portent par la cité les gages des serments que les dieux entendront. Le héraut Idée apporte un cratère brillant avec des coupes d'or.

Il exhorte le fils de Laomédon à conclure le pacte. Alors Priam monte sur son char avec Anténor. Ils se dirigent vers la plaine. Ils vont parler à Agamemnon et à Ulysse.

Les hérauts grecs s’emploient à rassembler les gages des serments que les dieux entendront ; dans le cratère ils font le mélange du vin ; ensuite sur les mains des rois ils versent l'eau.

Agamemnon coupe quelques poils sur le front des agneaux que les hérauts s'en vont distribuer aux chefs achéens et troyens. Lors de tout sacrifice, on coupe quelques poils sur la tête de la victime, qui est ainsi vouée à la mort.

Mais ici, comme il s'agit d'un sacrifice sanctionnant un serment, la distribution de ces poils, associe plus étroitement entre eux les participants.

Puis Agamemnon lève les bras et invoque Zeus, Adès et Perséphone pour qu'ils servent de témoins du pacte.

Si Ménélas est abattu par Pâris, ce dernier procédera Hélène et tous ses biens et les grecs partiront. Mais si c'est Ménélas qui vainc Pâris, les troyens lui rendront Hélène et tous ses biens et payeront aux Grecs le tribut convenu, que plus tard recevront aussi leurs descendants.

Si Priam refusait d'acquitter ce tribut à la guerre continuerait.

Puis les agneaux sont sacrifiés.

Les achéens et les troyens promettent de respecter le pacte. Mais Zeus n'écoute pas leur voeu.

Priam rentre à Troie ne voulant pas voir le combat entre son fils et Ménélas.

Combat singulier de Pâris et de Ménélas.

Hector, fils de Priam et Ulysse ont mesuré le terrain du combat puis secoué des sorts dans un casque d'airain, pour fixer qui des deux lancera le premier son javelot de bronze. Les guerriers achéens et troyens prient Zeus pour que celui des deux qui fut la cause de tous les maux pour l'un et l'autre peuple succombe.

Hector brasse les sorts en détournant les yeux. C'est celui de Pâris qui jaillit. Ménélas et Pâris revêtent leurs armures. Pâris lance le premier son javelot qui atteint le bouclier de Ménélas. Puis Ménélas demande à Zeus de lui accorder de punir Pâris. Il lance sa javeline qui traverse le bouclier de Pâris mais celui-ci l'évite et échappe à la mort. Ménélas abat son épée sur le casque de Pâris mais elle se brise en quatre morceaux. Alors il saisit Paris par son casque et l'étrangle mais Aphrodite rompt la courroie du casque. Ménélas attaque encore mais Aphrodite emmène Pâris sous un épais brouillard et va le déposer dans sa chambre odorante aux suaves parfums.

Hélène et Pâris.

Aphrodite repart pour appeler Hélène.

Pour l'aborder, elle revêt l'aspect d'une vieille fileuse qu'Hélène chérissait quand elle était chez Lacédémone. Aphrodite lui dit que Pâris l'attend dans son lit.

Mais Hélène reconnaît la déesse et refuse de lui obéir. Elle ne veut pas être la risée des troyennes.

Alors Aphrodite la menace et Hélène est obligée de lui céder.

Hélène revoit Pâris mais elle lui parle en détournant ses yeux de lui pour ne pas retomber amoureuse et mieux le sermonner.

Elle balance entre le mépriser pour n'avoir pas tué Ménélas ou à le pousser à renoncer au combat. Paris répond qu'il a perdu car Athéna aidait Ménélas ne que les dieux lui donneront sa revanche.

La sommation d'Agamemnon.

Pâris ayant disparu, Agamemnon déclare que la victoire appartient à Ménélas et réclame Hélène et le tribut.

Chant IV assemblée olympienne.

Tous les dieux assis auprès de Zeus tiennent conseil. Il rappelle que Ménélas est appuyé par Héra et Athéna tandis que Paris est aidé par Aphrodite.

Il leur demande de décider de l'avenir de Troie. Héra ne veut pas que Troie soit en paix et tient à la victoire des Grecs. C'est elle qui a parcouru la Grèce en char pour décider les chefs achéens à soutenir Ménélas.

Zeus ne comprend pas sa colère.

Il lui dit que Troie était sa ville préférée car son autel ne manquait jamais de repas pourtant il cède devant Héra.

Héra a trois villes en son coeur : Argos, Sparte et Mycènes.

Elle accepte que Zeus les détruise en échange de Troie. Elle demande à Zeus qu'il envoie Athéna pour que celle-ci s'efforce d'amener les troyens à se montrer félons envers les Danaens, en violant le pacte.

La violation des serments.

Athéna s'élance vers la terre et tout à coup s'abat entre les deux armées.

Tous, en l'apercevant, sont saisis de stupeur. Ils se demandent si Zeus veut la guerre ou la paix. Athéna prend soudain forme humaine et se plonge parmi la foule des troyens. Elle a l'aspect de Laodocos et cherche Pandare.

Elle lui demande de tirer une flèche sur Ménélas.

Ainsi il sera honoré par Pâris.

Alors Laodocos saisit son arc fabriqué dans une corne de bouquetin. Il tire mais Athéna écarte la flèche de la peau de Ménélas puis la fait dévier vers le ventre.

Un sang noir aussitôt coule de la blessure. Un frisson prend le chef de peuple Agamemnon quand il voit le sang noir couler de la blessure.

Agamemnon réalise que les troyens ont rompu le pacte mais il sait qu'un jour on verra périr Troie. Mais Ménélas le rassure en disant qu'il n'est pas blessé.

Agamemnon fait appeler le médecin Machaon. Machaon enlève la flèche et met à nu la plaie et en suce le sang. Il répand sur la plaie des baumes lénitifs. Les troyens en armes se rapprochent.

La revue des troupes par Agamemnon.

Agamemnon encourage ses troupes à reprendre le combat. Il sermonne ceux qui sont médiocrement zélés pour la guerre.

Il parcourt les files de guerriers et donne à tous des ordres. Il félicite Idoménée pour sa valeur et les Ajax pour leur courage. Il voit Nestor donner des ordres à ses hommes et lui dit qu'il voudrait le voir à nouveau jeune.

Il voit Ulysse et Ménesthée et leur ordonne de prendre les devants et d'affronter l'ardeur du combat les premiers. Ulysse est vexé qu'Agamemnon ait pu croire qu'il se défilait alors Agamemnon retire ses paroles. Puis Agamemnon rencontre Diomède et lui parle de Tydée qui fut son père qu'il trouvait plus courageux que Diomède. Diomède ne dit rien mais Sthélenos répond que lui et Diomède valent plus que leurs pères car ils ont pris Thèbes.

Diomède c'est que selon l'issue de la guerre c'est Agamemnon qui en tirera la responsabilité alors il ne lui en veut pas.

Début de la bataille.

Les bataillons grecs marchent vers le combat et s'ébranlent sans répit. Chaque chef exhorte sa troupe et les soldats avancent en silence.

Au contraire, une clameur monte de l'armée immense des troyens.

Le parti des troyens, c'est Arès qui l'anime. L'autre, c'est Athéna.

Elle a près d'elle Crainte, Panique et Discorde.

Les achéens et les troyens se joignent enfin et commencent la lutte.

Le sang ruisselle à terre.

Antiloque, fils de Nestor, tue un troyen.

Ajax, fils de Telamon, frappe Simoïsios.

Antiphos, fils de Priam, tue Leucos, bon compagnon d'Ulysse. Alors Ulysse tue un bâtard de Priam, Démocoon.

Apollon encourage les troyens et leur apprend qu'Achille ne combat pas.

Tritogénie/Athéna motive les achéens. Piroos, le chef des Thraces, est tué par l'Etolien Thoas.

Chant V exploits de Diomède.

Athéna donne la fureur à Diomède.

Deux troyens, Phégée et Idée, l'attaquent sur leur char alors que lui est à pied. Mais Diomède tue Phégée d'une flèche. Idée est sauvé par Héphaestos qui le dissimule dans un épais brouillard.

Athéna propose à Arèsde laisser Zeus décider de l'issue de la guerre.

Agamemnon tue Odios, le chef des Alizones. Idoménée abat Phaestos et Ménélas tue Scamandrios. La mort emporte Phéréclos abattu par le crétois Mérion. Eurypyle tue Hypsénor, fils de Dolopion, prêtre du Scamandre.

L'averse de Zeus lourdement tombe à terre.

Pandare atteint Diomède d'une flèche. Mais Diomède n'est que blessé et demande à Sthémélas de lui retirer la flèche. Diomède implore Athéna pour qu'elle le laisse se venger contre Pandare.

Athéna arrive et allège le corps de Diomède.

Il pourra distinguer Dieux et hommes mais ne devra pas attaquer les dieux à l'exception d'Aphrodite.

Puis Diomède bénéficie d'une ardeur triple et abat de nombreux troyens dont deux fils de Priam : Echemmon et Chromios.

 

Pandare tué et Aphrodite blessée.

Enée, voyant les ravages qu'il fait dans les rangs des guerriers, traverse la bataille et le fracas des lances, enquête de Pandare. Il le trouve et lui dit que nul ici ne peut rivaliser avec lui. Il lui demande de tuer Diomède même s'il sait que Diomède est assisté par un Dieu.

Pandare se sent inutile et voudrait rentrer chez lui et briser son arc. Alors Enée lui propose de monter sur son char. Pandare préfère qu'Enée conduise son char lui-même tandis qu'il attaquera Diomède avec sa lance.

Sthémélas les voit arriver et conseille à Diomède de fuir. Mais Diomède refuse et veut les combattre.

Il veut que Sthémélas s'empare des chevaux d'Enée et les emmène vers les achéens. Les chevaux descendent de ceux que Trôs, père d'Ilos fondateur d'Ilon, donne pour prix de son fils Ganymède enlevé par les dieux.

Anchise a su se procurer un peu de sang par fraude : sans que Laomédon, père de Priam, le sut, Anchise fit saillir ses chevaux par ceux de Laomédon.

Pandare menace Diomède de le tuer avec sa lance. Mais il le manque. Diomède lance un trait que Athéna dirige vers le nez de Pandare qui est tué. Alors Diomède lance une pierre sur Enée qui s'évanouit. Enée aurait péri sans l'assistance d'Aphrodite, sa mère.

Elle tire hors du combat tandis que Sthémélas s'empare des chevaux d’Enée.

Il les confie à son ami Déipylos qui les conduit jusqu'aux nefs creuses.

Diomède poursuit Aphrodite et la frappe au bras. Elle laisse son fils échapper de ses bras mais Apollon dans les siens le recueille et le retire du combat.

Diomède ordonne à Aphrodite de quitter la bataille. Iris prend soin d'elle et la fait sortir de la bataille.

Aphrodite croise son frère Arès qui se repose. Elle lui demande son char pour regagner l'Olympe et lui dit que Diomède l'a blessée.

Aphrodite tombe aux genoux de Dioné, sa mère, qui la prend dans ses bras. Dioné lui demande qui l'a blessée. Aphrodite lui répond alors Dioné lui apprend que c'est Athéna qui a déchaîné Diomède contre elle.

Mais Héra et Pallas ont tout vu et veulent taquiner Zeus. Elles lui disent qu'Aphrodite aura voulu pousser une des achéennes à suivre les troyens. Une deuxième après Hélène.

Alors Zeus dit à Aphrodite de ne plus s'occuper de la guerre mais des soins charmants de l'hyménée.

Contre-attaque troyenne.

Diomède fonce sur Enée même s'il sait qu'il est protégé par Apollon. Trois fois Diomède s'élance et trois fois Apollon repousse rudement son brillant bouclier.

Après la quatrième attaque, Apollon lui conseille de renoncer. Puis Apollon dépose Enée à l'écart du tumulte dans la Sainte Pergame. Artémis et Lêto soignent Enée et lui rendent son éclat.

Cependant Apollon fait un fantôme à la ressemblance d'Enée autour duquel troyens et achéens se combattent. Puis Apollon demande à Arès d'écarter Diomède du combat.

Après il prend l'apparence d'Acamas et dit aux fils de Priam qu'Enée est tombé et qu'ils doivent le sauver. Sarpédon demande à Hector où sont passés ses frères et beaux-frères. Il lui conseille de supplier les chefs de ses alliés pour qu'ils luttent sans trêve s'il veut échapper à d'accablants reproches. Alors Hector stimule chacun au combat. L'impétueux Arès, pour aider les troyens, de ténèbres soudain enveloppe la lutte ; partout il est présent, afin d'exécuter les ordres d'Apollon.

Enée reprend le combat.

Agamemnon encourage ses troupes. Il lance son javelot et touche Déicoon, compagnon d'Enée. Enée abat Orsiloque et Créthon. Arès médite de faire périr Ménélas sous le pique d'Enée.

Antiloque voit Enée et rejoint le premier rang car il est effrayé. Si Ménélas est tué, nul ne sera plus habilité à revendiquer Hélène, la guerre cessera, et les achéens seront frustrés du riche butin qu'ils espéraient faire à Troie.

Enée abandonne la lutte quand Ménélas et Antiloque lui font face.

Ménélas tue Pylaemenès et Antiloque tue Mydon, écuyer de Pylaemenès.

Hector se lance sur les achéens. Arès le guide avec Enyô. Alors Diomède recule et dit à ses hommes d'en faire de même car ils ne peuvent lutter contre les dieux accompagnant Hector.

Hector abat Anchialos et Ménestès.

Ajax, fils de Télamon, tue Amphios. Tlépolène, fils d'Héraclès affronte Sarpédon. Sarpédon tue Tlépolène.

Sarpédon est blessé mais emporté hors du combat par les dieux.

Ulysse éprouve un choc en voyant le corps de Tlépolène. Il se demande s'il lui revient de tuer Sarpédon. Mais Athéna détourne son courroux et Ulysse tue les Lyciens Coeranos, Alastor, Chromios, Alcandros, Halios, Noémon, Prytanis.

Sarpédon voit Hector et lui demande secours. Les dieux qui accompagnent Hector déposent Sarpédon au pied d'un chêne. Pelagon lui retire le pique de la cuisse.

Hector tue Teuthras, Oreste, Tréchos, Oenomaos, Hélénos puis Oresbios.

Arès blessé.

Héra voyant tomber les achéens sous les coups d'Arès et d'Hector appelle Athéna pour lui rappeler leur promesse faite à Ménélas qui détruirait Ilion.

Héra fait équiper son char par Hébé.

Athéna endosse la tunique de Zeus, monte sur son char et saisit sa pique pour abattre les troyens. Elles trouvent Zeus. Héra lui demande pourquoi il ne s'indigne pas contre Arès. Héra arrête ses chevaux et répand autour d'eux une brume compacte. Pour leur pâture le fleuve Simoïs fait croître une plante divine.

Héra voit Diomède. Elle prend l'aspect de Stentor et sermonne les achéens d'avoir laissé les troyens lutter si près des vaisseaux Grecs.

Athéna voit Diomède blessé et lui dit que Tydée était plus courageux que lui. Mais Diomède lui répond qu'il ne peut combattre Arès. Alors Athéna lui dit que Arès a trahi les achéens et encourage Diomède à la combattre. Elle monte avec Diomède sur le char. Ils s'en vont trouver Arès. Athéna mais sur son front le casque d'Adès, de peur que le robuste Arès ne l'aperçoive. Arès aperçoit Diomède et court vers lui. Mais Athéna protège Diomède qui réussit à blesser Arès au bas-ventre. Alors Arès retourne à l'Olympe et va dire à Zeus qu'il ne comprend pas pourquoi il laisse Athéna faire ce qu'elle veut.

Zeus répond qu'il le déteste plus que tout autre car Arès n'aime que la discorde et les combats.

Mais Zeus ordonne à Péon de guérir Arès.

Au palais du Grand Zeus reviennent Héra et Pallas. Elles ont fait cesser les massacres d'Arès.

Chant VI suites des exploits de Diomède.

Les troyens et les achéens sont laissés seuls à seuls car les dieux ont rejoint l'Olympe.

Ajax, fils de Télamon, tue Acamas, le meilleur de tous les guerriers thraces.

Diomède tue Axylos et son écuyer Calésios.

Euryale abat Dresos, Opheltios et fond sur Aesépos et Pédasos.

Le preux Polypoetès vient à bout de Astyale. Ulysse tue Pidytès.

Teucros massacre Arétaon.

Antiloque, fils de Nestor, tue Abléros. Agamemnon tue Elatos.

Leïtos maîtrise Phylacos et Eurypyle abat Mélanthios. Ménélas frappe Adraste qui le supplie de lui laisser la vie contre une rançon. Mais Agamemnon arrive et conseille à son frère d'être sans pitié. Ensemble ils tuent Adraste.

Nestor conseille aux achéens de ne plus s'attarder à prendre les dépouilles. Il souhaite que les cadavres soient seulement dépouillés après les combats.

Les troyens veulent retourner à Ilion mais Hélénos, fils de Priam vient près d'Enée et d'Hector.

Il veut que les troyens ne se conduisent pas comme des lâches. Il demande à Hector d'aller voir leur mère Hécube.

Hector devra lui demander de convoquer les anciennes de Troie au temple d'Athéna.

Hécube devra y laisser son voile préféré et promettre de sacrifier 12 génisses.

Alors peut-être Athéna daignera repousser Diomède de Troie.

Diomède et Glaucos.

Diomède et Glaucos se rencontrent brûlant de se combattre. Diomède surpris par sa valeur lui demande s'il est un Dieu. Alors Glaucos lui révèle son ascendance. Son père est Hippolochos. Il a pour ancêtre le héros Bellérophon haï par les dieux car il avait prétendu atteindre l'Olympe, monté sur Pégase. Diomède lui révèle que son grand-père Oenée a reçu dans son propre palais le grand Bellérophon.

Ainsi Glaucos et Diomède sont des hôtes l'un pour l'autre et ne peuvent se combattre.

Ils échangent leurs armes. Ainsi l'on apprendra qu'ils sont tous deux hôtes héréditaires.

Hector à Troie.

Hector retourne au palais de Priam et trouve Hécube. Il lui révèle sa mission. Alors Hécube convoque les Anciennes. Puis elle prend son plus beau voile. Elle le donne à la belle Théanô qui le pose sur les genoux d'Athéna.

Théânô prie pour qu'elle fasse tomber Diomède. Mais Pallas Athéna ne veut pas l'exaucer.

Hector trouve Pâris dans sa chambre. Il suppose que Pâris reste loin du combat par ressentiment contre les Troyens, qui le détestent et le livreraient volontiers aux Achéens.

Alors il le sermonne et Pâris accepte de reprendre le combat même si, après sa défaite en face de Ménélas, il a reçu un blâme.

Hélène admet que Pâris n'a pas de fermeté dans son coeur mais elle veut qu'Hector s'assoit auprès d'elle. Mais Hector refuse. Il doit aller voir sa femme et son fils.

Entretien d'Hector et d'Andromaque.

Hector ne trouve pas Andromaque chez lui. Elle est montée sur le rempart et pleure. L'intendante dit à Hector où se trouve sa femme. Il la voit soudain accourir en le cherchant. Elle est avec son fils Scamandrios/Astynax. Andromaque ne veut pas être veuve et implore Hector de rester près du figuier où sont venus s'essayer les deux Ajax, Idoménée, Agamemnon, Ménélas et Diomède. Ils y ont manqué leurs assauts. Mais Hector ne veut pas être lâche. Il n'a peur que d'une chose : qu'Andromaque devienne l'esclave des Grecs.

Il implore Zeus et les dieux de faire de son fils un futur héros. Puis il quitte sa femme en pleurs et retourne au combat.

Hector et Pâris retournent au combat.

Hector dit à Pâris que son âme s'afflige quand il entend, contre son frère, les propos infamants tenus par les Troyens, qui subissent tant de misères par la faute de Pâris.

Chant VII combat singulier d'Hector et d'Ajax.

 

En voyant Hector et Pâris revenir, les Troyens sentent leur voeux comblés. Pâris abat Menesthios d'Arné. Hector tue Eïoneus. Glaucos maîtrise sous sa lance Iphinoos. Athéna et Apollon entrent dans la bataille. Apollon lui demande de laisser les Grecs et les Troyens se battre seuls.

Athéna demande à Apollon comment il s'y prendra pour faire cesser la lutte des guerriers. Apollon souhaite voir Hector combattre un Achéen. Hélénos le divin sent en son coeur le projet d'Apollon et en informe Hector.

Alors Hector s'avance entre les deux armées. Il fait asseoir tous les guerriers. Il rappelle l'échec du pacte entre Ménélas et Pâris et en rend responsable Zeus. Il demande aux Achéens de choisir un champion pour le combattre.

Tous les Achéens restent silencieux et Ménélas les sermonne. Il veut combattre Hector mais Agamemnon le retient en affirmant que même Achille craint Hector. Nestor reproche aux Achéens leur lâcheté et voudrait être jeune pour combattre Hector.

Alors 9 guerriers se dressent : Agamemnon, Diomède, les Ajax, Idoménée, Mérion, Eurypyle, Thoas et Ulysse. Tous veulent batailler contre Hector le divin.

Nestor propose alors un tirage au sort. C'est Ajax, fils de Télamon, qui l'emporte.

Ajax demande aux Achéens de prier Zeus pour qu'il batte Hector.

Il le blesse au cou mais Hector continue la lutte. Ajax envoie une pierre contre le bouclier d'Hector. Hector tombe à la renverse et Apollon le relève. Hector et Ajax allaient reprendre le combat quand deux hérauts s'avancent. Idée représente les Troyens et Talthybios, les Achéens.

Idée annonce que les deux héros doivent s'arrêter car la nuit va tomber. Ajax demande l'avis d'Hector. Hector est d'accord et veut qu'ils se séparent en amis Alors il tend son glaive à Ajax auquel il joint la gaine avec le baudrier.

Ajax lui donne sa ceinture.

La trêve.

Agamemnon immole un boeuf pour Zeus. Nestor recommande d'arrêter le combat à l'aube pour que les morts soient brûlés. Il pense qu'il faut bâtir un haut mur pour se mettre à l'abri des Troyens ainsi qu'un fossé.

Les rois approuvent l'avis de Nestor.

Chez les Troyens, c'est Anténor qui recommande de rendre Hélène  aux Achéens pour arrêter le combat.

Pâris refuse de rendre Hélène mais consent à rendre les biens de sa femme aux Atrides.

Priam annonce qu'il enverra Idée demander aux Achéens  une trêve pour que les Troyens puissent brûler  leurs  morts.

Alors Achéens et Troyens s'occupent de leurs  morts.

Construction du mur achéen.

Les Achéens dressent un tertre. Puis, auprès de ce tertre, ils bâtissent un mur, un rempart élevé, pour se bien protéger eux-mêmes et leurs nefs, non sans y pratiquer des portes ajustées, que viendra traverser un chemin carrossable. En dehors et tout près, ils creusent un fossé vaste, profond et large ; ils y plantent des pieux.

Les dieux observent ce travail et Poséidon se lamente auprès de Zeus car le mur des Grecs fera tomber dans l'oubli le rempart qu'il a construit pour la citadelle de Troie avec Apollon.

Zeus lui conseil de détruire le mur des Achéens quand ceux-ci s'en retourneront chez eux.

Après avoir terminé leur mur, les Achéens préparent un copieux festin.

Zeus aux sages desseins médite le malheur des Troyens et fait tomber la foudre avec un bruit terrible. Alors les Troyens offrent une libation à Zeus.

Chant VII assemblée olympienne.

Zeus réunit les dieux en assemblée sur le plus haut sommet de l'Olympe.

Il leur dit qu'il les rouera de coups s'ils secourent les Troyens ou les Achéens.

Ou il les jettera aux brumes du tartare.

Athéna reconnaît sa force invincible mais elle dit que les dieux continueront d'inspirer un dessein profitable aux Achéens, de peur qu'ils ne périssent tous du fait de la colère de Zeus.

Zeus veut se montrer débonnaire avec Athéna. Puis il monte sur son char pour se rendre sur l'Ida où il possède un autel. Là il contemple Troie et les nefs achéennes.

Début de la seconde journée de bataille.

La bataille reprend. Quand le soleil est au milieu du ciel, Zeus fait pendre les plateaux de sa balance d'or. De l'horrible trépas, il y met deux génies, celui des Achéens à tunique de bronze et celui des Troyens aux chevaux bien domptés. Il prend par le milieu sa balance, la lève et c'est le jour fatal des Achéens qui penche. Alors Zeus lance un trait de feu vers l'armée achéenne.

Alors les Achéens n'osent plus résister.

Nestor manque d'être tué par Hector mais Diomède le sauve. Diomède manque de peu Hector mais tue Eniopeus, le cocher d'Hector. Alors Zeus fait tomber la foudre devant Diomède.

Nestor conseille à Diomède de reculer. Hector le traite de lâche petite fille. Diomède hésite par trois fois à attaquer. Hector ordonne à ses hommes de tuer Diomède et Nestor. Mais Héra exhorte Poséidon à intervenir. Mais Poséidon ne veut pas désobéir à Zeus.

Contre-attaque achéenne.

Hector aurait brûlé les nefs achéennes si Héra n'avait mis dans le coeur du grand Agamemnon le désir de pousser lui-même les Argiens avec toute sa fougue. Agamemnon demande à Zeus d'empêcher les Troyens d'attaquer. Zeus est ému et accompli son voeu.

Il envoie le meilleur des présages : un aigle, qui retient dans ses serres un faon qu'il laisse tomber près de l'autel où les Grecs présentent leurs offrandes à Zeus.

Les Achéens, voyant ce présage de Zeus fondent sur les Troyens. Diomède tue Agélaos. Teueros tue Orsiloque, Orménos, Orphéleste, Daïtor, Chromios, Lycophonte, Amopaon et Mélanippe. Alors Agamemnon le félicite et lui promet de lui remettre le prix de la vaillance après lui-même si Troie est défaite.

Teuldos essaye de tuer Hector mais n'abat que Gorgythéon, fils de Priam et tue Archéptolème, cocher d'Hector.

Alors Hector demande à son frère Cébrion de lui servir de cocher. Hector saute de son char et se muni d'une pierre pour frapper Teucros qui allait tirer une flèche. Il le blesse à l'épaule. Ajax protège son frère de son bouclier et Mécistée et Alastor emmènent Teucros vers les navires creux.

Des Troyens à nouveau Zeus ranime l'ardeur. Vers le fossé profond ils chassent les Achéens. Hector en tue plusieurs.

Héra et Athéna tentent d'intervenir.

Héra appelle Athéna qui accepte d'intervenir contre les Troyens sans craindre le courroux de Zeus. Elle s'arme et quitte l'Olympe. Mais du haut de l'Ida, Zeus les a vues.

Il charge d'un message Iris aux ailes d'or. Si elles ne tournent pas bride, Zeus brisera leur char et les frappera de sa foudre. Iris les avertit. Héra conseille à Athéna de renoncer et tourne bride.

Zeus retourne à l'Olympe et dit à Héra et à Athéna ce qui leur serait arrivé si elles n'avaient pas obéi mais Héra continuera à inspirer un dessein profitable aux Achéens. Mais Zeus leur dit qu'Hector ne s'arrêtera pas de mener le combat tant qu'il n'aura pas fait lever près des vaisseaux Achille.

Zeus n'a que faire de la colère d' Héra.

La bataille écourtée.

La nuit tombe alors Hector dit à ses hommes qu'il faut rentrer à Troie pour chercher à boire et à manger mais qu'ensuite ils devront brûler partout des feux pour que les Achéens ne puissent profiter de la nuit pour fuir. Dans la plaine les feux des Troyens sont au nombre de 1000 et près de chaque flamme à l'ardente lueur sont ainsi 50 hommes.