buzatti-un-cas-interessant-programme-1

 

Albert Camus a traduit cette pièce de Buzzati dans laquelle il voyait aussi bien un drame de la destinée qu'une satire sociale.

Premier temps. Premier tableau. On se trouve dans l'antichambre et le bureau du directeur de la société immobilière Corte et Dell.

Menti, ancien commis attend Corte. Sa secrétaire, Gloria, lui dit qu'elle ne sait même pas si Corte est revenu de Rome. Menti a travaillé pour Corte pendant 16 ans. Il a de l'arthrite dans les jambes et veut demander son congé à Corte.

Gloria a débuté il y a deux jours car l'ancienne secrétaire a été licenciée.

Plusieurs employés entrent l'un après l'autre pour avoir des nouvelles de Corte. D'abord Spanna puis Gobbi.

Une inconnue entre sans se présenter. Elle aussi cherche Corte. Puis elle s'en va en riant.

Corte arrive. Il demande à Gloria si elle est la nouvelle secrétaire et qui a appelé en son absence. Ensuite il lui demande d'appeler Lavitta et sa femme. Gobbi donne à Corte des nouvelles d'une affaire en cours.

Corte a une stratégie et la révèle à Spanna. Il donne son congé à Menti et lui souhaite de bonnes vacances. La stratégie de Corte consiste à faire croire qu'il a trouvé d'autres pétroles pour que ses concurrents se jettent sur les actions de son entreprise.

Corte entend une femme crier mais Spanna n'entend pas.

Corte a l'impression d'entendre des institutrices qui prêcheraient. Spanna n'entend toujours pas la voix de femme crier.

Deuxième tableau. On se trouve dans la maison de Corte. La mère de Corte discute avec le docteur Malvezzi.

Le docteur parle de sa fille qui revient d'Amérique après y avoir vécu quatre ans.

Elle va lui présenter ses deux enfants.

La mère de Corte est inquiète pour son fils. Elle dit au docteur que son fils entend des voix. Une voix de femme qui l'appelle.

Le docteur pense qu'il s'agit simplement de surmenage. Mais la mère pense que quelqu'un est dans la maison de son fils depuis hier. Elle a vu une femme brièvement puis la femme a disparu.

Le docteur lui répond que l'homme est tissé dans l'étoffe de la peur. Corte arrive. Il apprend que sa mère a parlé de son problème au docteur. Il en est contrarié. Mais il parle quand même de son problème au docteur, la voix de femme qui l'appelle.

Anita, la femme de Corte arrive avec Bianca, la fille de Corte. Anita veut que Corte l'accompagne le samedi chez les Sergio-Marinelli.

Le téléphone sonne. C'est Spanna qui donne des nouvelles des affaires en cours.

Le docteur conseille à Corte de se reposer et s'en va.

Bianca conseille à son père d'aller voir le professeur Claretta, chef de la clinique où elle travaille.

Mais Corte refuse prétextant ne plus entendre de voix. Ce qui est faux.

Troisième tableau. Mais toujours chez Corte. Il appelle Spanna et s'inquiète car sa stratégie n'a donné aucun résultat.

Le professeur Claretta. Corte accepte de lui parler sur l'insistance de Bianca. Le médecin lui bande les yeux et demande à Corte de se mettre à quatre pattes. Il le fait avancer ainsi jusqu'à la porte au moment où la mère de Corte arrive. Claretta est présenté à Anita par Bianca. Le téléphone sonne alors Corte se relève et va répondre.

La mère dit à Claretta qu'elle a vu une femme apparaître et disparaître. Elle est persuadée qu'elle est encore dans le noir mais Claretta cherche avec elle sans succès. Pendant ce temps, Spanna apprend à Corte que les actions se vendent. Sa stratégie a fonctionné. Claretta demande à Corte de passer à la clinique dès demain. Il y aura le directeur Schroeder.

Quatrième tableau. Hall de la clinique.

Mascherini, un ouvrier discute avec une femme malade. Mascherini veut être hospitalisé pour ne plus travailler. Il veut rouler le docteur en se faisant passer pour malade grâce à un sifflement qu'il a de naissance. La femme malade s'est faite opérer quatre fois et elle sait que si les docteurs font hospitaliser Mascherini, c'est qu'il est vraiment malade. La femme malade raconte ses opérations et son angoisse de l'éther qu'elle voit comme quelque chose de diabolique.

Corte arrive à la clinique avec Gloria. On appelle la femme malade et Mascherini.

Corte entend une voix de femme qui chante au loin.

Un homme gros demande à Corte s'il attend une consultation. Corte lui répond non et veut savoir s'il entend la voix de la femme qui chante. L'homme gros ne l'entend pas.

Un médecin a vu la scène et se présente à Corte. C'est Filari.

Cinquième tableau cabinet du professeur Schroeder.

Un gros monsieur est dans le bureau de Schroeder. Schröder examine des radios et dit au gros monsieur que tout est en ordre et qu'il n'a plus besoin de lui.

Mais il explique que ça ne veut pas dire que le gros monsieur n'a rien. Ça veut dire que tout ce qui devait être fait a été fait.

Alors le gros monsieur veut savoir ce qu'il a et le professeur Schröder lui répond qu'il se mettra en contact avec son médecin traitant.

Corte rentre dans le bureau de Shroeder avec Bianca, Gloria et Claretta.

Corte demande à téléphoner. Il appelle Spanna qui lui annonce que tout a été liquidé. Corte espère pouvoir le rejoindre dans une demi-heure.

Schroeder a pris les radios de Corte. Il annonce qu'il a trouvé chez lui une très légère altération dans la région hypothalamique. Corte devra être opéré demain. Corte refuse car il doit être à Turin. Mais Schröder lui aussi a un voyage prévu. Il refuse de reporter l'opération.

Claretta a apporté la valise de Corte à tout hasard. Corte ne croit pas au hasard. Corte ordonne à Gloria d'obtenir un délai de 10 jours avec la Ost preussiche.

Corte ordonne ensuite à Gloria d'appeler Malcredi pour lui annoncer que la date des livraisons ne peut pas être avancée.

Enfin, Corte demande à Gloria de taper une lettre en recopiant un document manuscrit pour transmission à Perticari.

Corte a peur d'avoir oublié quelque chose d'important et veut partir. Mais Claretta le retient. Corte entend à nouveau la femme chanter. Alors Claretta lui promet que demain il sera guéri.

Sixième tableau. Chambre de clinique de Corte.

Corte a été opéré. Gloria est venue le voir. Elle lui a apporté les pièces urgentes. Corte se met en colère en découvrant que Spanna a pris des initiatives sans le consulter. Corte se sent mal. Gloria lui demande s'il est vrai que les malades de sa clinique sont répartis dans les étages selon que leur état est grave ou non. Corte est au sixième étage. Corte répond qu'au sixième on met ceux qui ne sont pas à proprement parler des malades. Plus on descend, plus c'est grave.

Ceux du premier étage ne concernent plus les médecins mais les curés.

Une infirmière rentre pour ordonner à Corte de prendre sa température. Gloria demande à Corte s'il entend les plaintes de ceux qui sont en bas. Corte répond qu'on ne peut pas passer sa journée à réfléchir sur les malheurs d'autrui. Claretta entre et dit à Corte qu'il est guéri. Il lui conseille de ne pas travailler en voyant Gloria. Claretta prétend qu'il a besoin de la chambre de Corte pour une dame qui doit entrer la clinique avec ses deux enfants. Il voudrait que Corte laisse sa chambre et descendent au cinquième étage. C'est une question de deux jours maximum jusqu'à ce qu'une chambre soit libre. Corte est contrarié. Gloria trouve que Claretta est trop sympathique.

Septième tableau. La chambre de Corte au cinquième étage.

La sortie de Corte a été retardée. Il appelle Gloria pour lui donner une directive. Puis Corte entend à nouveau la voix mystérieuse. Alors Corte appelle l'infirmière. Trois malades accourent. Une malade entend la voix et dit que c'est la bonne soeur du vestiaire qui chante. Un autre malade prétend entendre cette voix quand il est chez lui. Il dit à Corte que la moitié des malades du cinquième vont devoir descendre au quatrième étage.

La femme malade a vu le nom de Corte sur la liste de ceux qui doivent descendre. Corte veut vérifier et hurle en voyant que c'est vrai. Une infirmière intervient pour le calmer. Claretta arrive. Il sermonne l'infirmière qui a laissé sortir Corte. Claretta parle de choc opératoire pour justifier la descente de Corte au quatrième étage.

Il parle d'extension de son altération. Par précaution il veut descendre Corte au quatrième. On dirait que Claretta essaye de noyer Corte dans un flot de galimatias pour justifier son déménagement au quatrième étage. Le résultat est que Corte s'endort.

Huitième tableau. Chambre de Corte au quatrième. Bianca et Anita sont près de Corte. Corte a du prurit derrière les genoux. Il souffre. Anita propose à Corte d'aller à Cap-Ferrat cet été. Elle est allée se renseigner pour louer une maison.

Corte ne veut pas en parler. Il demande qu'elles le laissent se reposer. Corte une fois seul veut téléphoner mais personne ne répond. Il appelle l'infirmière. Elle essaie le téléphone et appelle le service pharmaceutique. Elle tend l'écouteur à Corte. Il entend une femme chanter. Il croit que c'est la bonne soeur.

Claretta a suivi la scène. Il dit qu'il n'y a pas de bonne soeur au vestiaire. Corte veut qu'on soigne son prurit mais une fois encore Claretta minimise sa souffrance. Claretta veut bien lui proposer un remède mais pense que Corte refusera. Il s'agit de rayons Inverness mais il faut aller au troisième étage. Corte refuse alors Claretta lui dit qu'il n'a pas la volonté de guérir. Alors Corte cède.

Cinquième tableau. Chambre d'un malade au troisième étage.

Corte entre dans une chambre et s'aperçoit que ce n'est pas la sienne. Il réalise que les fenêtres sont barricadées. Le malade ne veut pas que Corte ouvre la fenêtre car il exècre les arbres et les fleurs. Le malade se moque de Corte quand il lui dit qu'il n'est au troisième étage que provisoirement.

Le malade pense que les gens en bonne santé sont une mafia et croit que Corte en fait partie. Le malade hait tous les hommes en bonne santé car ils se plaignent de ne pas avoir assez d'argent et blasphèment.

Une infirmière entre. Elle est joyeuse parce qu'elle va être en vacances comme tout le personnel de la clinique à tour de rôle par étage.

Ainsi les malades du troisième étage vont descendre au deuxième.

10e tableau. Chambre de Corte au deuxième étage.

Corte entend la voix de femme chanter. Une infirmière est près de lui. Corte veut téléphoner mais s'aperçoit que le téléphone est factice. Méthode Schroeder pour éviter la fatigue aux malades.

L'infirmière révèle qu'une grosse tuile était au sixième et que Schroeder a inventé une supercherie pour le faire descendre jusqu'au deuxième étage. À chaque étage, un mensonge nouveau. Le malade se croit guéri à temps sa sortie. Corte veut savoir s'il ne s'agirait pas de lui une infirmière comprenant sa gaffe ment en disant que ce n'est pas lui.

Des infirmiers arrivent pour déménager Corte au premier. Corte entend à nouveau la voix chanter.

Claretta arrive pour sermonner les infirmiers. Mais l'infirmier chef montre un ordre signé Schroeder. Claretta prétend qu'il ne peut désobéir à Schroeder et implore à Corte de le comprendre.

11e tableau. Chambre de Corte au premier étage Corte d'or.

La mère de Corte et Malvezzi sont près de lui. Elle avait Corte. Elle est venue le chercher pour le libérer en secret. La mère de Corte et Malvezzi parviennent péniblement à habiller Corte.

Corte entend la voix de la femme mystérieuse au loin. La femme inconnue apparaît à la fenêtre et pousse les volets.

L'obscurité envahit la chambre. Corte implore sa mère de partir avant que l'obscurité ne la surprenne sur le chemin.