06 août 2014

La cité du soleil II

Personne ne considère comme humiliant de servir à table, de travailler à la cuisine. Comme tous les travaux sont partagés, chacun n'a même pas 4 heures de travail par jour. Le reste du temps est consacré aux jeux, à la lecture, à la marche, à la discussion. Les jeux auxquels on joue assis sont exclus pour favoriser l'exercice. Les Solariens n'aiment pas la pauvreté qui avilit l'homme et la richesse qui le rend indolent. La communauté fait de chacun un riche et un pauvre, riche parce qu'il possède tout, pauvre parce qu'il utilise... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2014

La cité du soleil I

La cité du soleil (Tommaso Campanella). Ce récit utopique a été écrit par un moine calabrais. Il dessine avec précision l'état totalitaire car l'État de sa cité du soleil régente tout : de l'attribution du logement à la taille du costume uniforme. Les officiers règlent le bon exercice des vertus qui sont répertoriées. Il y a des informateurs et les condamnés s'autocritiquent comme chez Staline. Si Campanella est communiste avant la lettre, c'est de communisme religieux qu'il s'agit car il n'est pas athée. Comme nombre de ses... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2013

Livres non lus II

La morale de « un jour sans fin » c'est que Phil conquiert Rita non pas en exerçant une emprise sur elle mais en perdant de son arrogance vis-à-vis des autres. Il finit par s'intéresser à eux. Son jour sans fin, il est l'utilise pour aider les autres, en s'intéressant aux autres, il devient lui-même intéressant et parvient, par sa gentillesse, à séduire Rita et à sortir du jour sans fin. Des conduites à tenir. Chapitre Ier. Ne pas avoir honte. La plupart des enseignants sont exposés à l'obligation de rendre compte de livres... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2013

Livres non lus

Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? Pierre Bayard. Pierre Bayard est né dans un milieu où on lisait peu. Il s'est fréquemment retrouvé dans des situations délicates où il était contraint de s'expliquer à propos de livres qu'il n'avait pas lus. Il enseigne la littérature à l'université et ne peut échapper à l'obligation de commenter des livres qu'il n'a pas lus. Il pense que la majorité de ses étudiants n'ont pas lu non plus les livres au programme. Mais si une minorité lit, il ne peut se mettre dans l'embarras en ne... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 23:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 novembre 2013

Histoires de planètes 3

La forêt enchantée (Fritz Leiber). Elven était sur une planète où son vaisseau s'était écrasé. C'est une forêt de ronces qui avait amorti le choc et lui avait sauvé la vie. Le bourdonnement qui résonnait derrière lui lui parla. Elven savait que c'était Fedris qui lui parlait et menaçait de le retrouver. Le monde natal de Elven était mort. C'était un hors-la-loi. Fedris était un sorcier. Tous les hors-la-loi avaient été tués sauf Elven. Elven était entouré de ronces. Il ne savait pas où il était. Il était impossible à Fedris de le... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 02:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2013

Nadja II

7 octobre. Breton avait mal à la tête à cause de l'effort d'attention, d'accommodation qu'il dut fournir lors de cette soirée. Il se demandait comment Nadja le jugeait. Il lui était impardonnable de continuer à la voir s'il ne l'aimait pas. Il se sentait près d'elle est des choses qui étaient près d'elle. Il la croyait pur et libre de tout bien terrestre tant elle tenait peu mais merveilleusement à la vie. Breton devait attendre un jour avant de la revoir et il ne savait que faire. Il vit Nadja rue Saint-Georges discutant avec un... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 02:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2013

Nadja

Nadja André Breton. Avant-dire (dépêche retardée). Breton a ajouté ce préambule plus de 30 ans après avoir écrit Nadja. Il souligne que Nadja obéit aux principes « anti-littéraires » et que les photos illustrant le récit ont pour objet d'éliminer toute description. Le ton adopté se calque sur celui de l'observation médicale, entre toutes neuro-psychiques, c'est-à-dire sans s'embarrasser du moindre apprêt. « Qui suis-je ? » Breton se pose la question. Cela lui fait jouer le rôle de fantômes, de son vivant, dans ses relations. Le... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2012

Les sept têtes du dragon vert (Teddy Legrand)

          Les sept têtes du dragon vert   Teddy Legrand Teddy Legrand apparaît comme le continuateur de l'oeuvre de Charles Lucieto, lui-même auteur d'une série de romans d'espionnage regroupé sous le titre d'ensemble « la guerre des cerveaux ». Préface « les sept têtes  du dragon vert » est un livre recherché sur les étals des bouquinistes par certains connaisseurs. Il a été publié en 1933. Il est inspiré par l'oeuvre d'Agatha Christie. Un autre livre a été publié sous le... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 01:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 janvier 2012

Shining II

18 L'album   C'était le 1er novembre. Jack découvrit l'album. Il regarda les vieux journaux et les registres qui lui apprirent que Nelson Rockfeller, Henry Ford, Jean Harlow et Clarck Gable avaient fréquenté l'Overlook. L'album était le livre que Danny avait vu en rêve. Il contenait une carte d'invitation à un bal masqué un 29 août. Jack pensa au « Masque de la mort rouge » d'Edgar Poe. Il y avait aussi un article sur l'Overlook daté du 15 mai 1947. Cela parlait du milliardaire Derwent, propriétaire de l'hôtel. C'est... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2012

Shining I

Shining (Stephen King)   1ère partie En guise d'introduction   1 Premier entretien   Jack Torrance eut un entretien avec Ullman. Ullman lui proposait un travail et voulait savoir si sa femme n'était pas réticente. Ullman lui montra les plans de l'hôtel Overlook. Le fils de Jack ne devrait pas jouer au grenier. L'Overlook comptait 110 chambres. Il y avait un restaurant et le Colorado Bar, la salle de banquet et le dancing. Albert Shockey, le propriétaire de l'hôtel, désirait que Jack ait le poste. Ullman devait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]