11 novembre 2013

Nadja II

7 octobre. Breton avait mal à la tête à cause de l'effort d'attention, d'accommodation qu'il dut fournir lors de cette soirée. Il se demandait comment Nadja le jugeait. Il lui était impardonnable de continuer à la voir s'il ne l'aimait pas. Il se sentait près d'elle est des choses qui étaient près d'elle. Il la croyait pur et libre de tout bien terrestre tant elle tenait peu mais merveilleusement à la vie. Breton devait attendre un jour avant de la revoir et il ne savait que faire. Il vit Nadja rue Saint-Georges discutant avec un... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 02:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2013

Nadja

Nadja André Breton. Avant-dire (dépêche retardée). Breton a ajouté ce préambule plus de 30 ans après avoir écrit Nadja. Il souligne que Nadja obéit aux principes « anti-littéraires » et que les photos illustrant le récit ont pour objet d'éliminer toute description. Le ton adopté se calque sur celui de l'observation médicale, entre toutes neuro-psychiques, c'est-à-dire sans s'embarrasser du moindre apprêt. « Qui suis-je ? » Breton se pose la question. Cela lui fait jouer le rôle de fantômes, de son vivant, dans ses relations. Le... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2012

Les sept têtes du dragon vert (Teddy Legrand)

          Les sept têtes du dragon vert   Teddy Legrand Teddy Legrand apparaît comme le continuateur de l'oeuvre de Charles Lucieto, lui-même auteur d'une série de romans d'espionnage regroupé sous le titre d'ensemble « la guerre des cerveaux ». Préface « les sept têtes  du dragon vert » est un livre recherché sur les étals des bouquinistes par certains connaisseurs. Il a été publié en 1933. Il est inspiré par l'oeuvre d'Agatha Christie. Un autre livre a été publié sous le... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 01:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 janvier 2012

Shining II

18 L'album   C'était le 1er novembre. Jack découvrit l'album. Il regarda les vieux journaux et les registres qui lui apprirent que Nelson Rockfeller, Henry Ford, Jean Harlow et Clarck Gable avaient fréquenté l'Overlook. L'album était le livre que Danny avait vu en rêve. Il contenait une carte d'invitation à un bal masqué un 29 août. Jack pensa au « Masque de la mort rouge » d'Edgar Poe. Il y avait aussi un article sur l'Overlook daté du 15 mai 1947. Cela parlait du milliardaire Derwent, propriétaire de l'hôtel. C'est... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2012

Shining I

Shining (Stephen King)   1ère partie En guise d'introduction   1 Premier entretien   Jack Torrance eut un entretien avec Ullman. Ullman lui proposait un travail et voulait savoir si sa femme n'était pas réticente. Ullman lui montra les plans de l'hôtel Overlook. Le fils de Jack ne devrait pas jouer au grenier. L'Overlook comptait 110 chambres. Il y avait un restaurant et le Colorado Bar, la salle de banquet et le dancing. Albert Shockey, le propriétaire de l'hôtel, désirait que Jack ait le poste. Ullman devait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2008

Pybrac (Pierre Louÿs)

Pybrac I Louÿs dresse une liste de ce qu’il n’aime pas. Cela le conduit à évoquer les lesbiennes et leurs manies comme par exemple : « Je n’aime pas à voir trois petites gougnottes qui, ne pouvant coucher ensemble ouvertement, se branlent dans les coins, se goussent dans les chiottes et se pissent en bouche et trouvent ça charmant ».Dans la pornographie, Louÿs use de l’humour au second degré, on sent qu’il s’amuse quand il écrit : « Je n’aime pas qu’Agnès qui croit sa vie amère s’enfuit à quinze ans afin d’avoir vécu et se fait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 13:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 mai 2008

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses I C’est l’histoire d’un roi et sa reine qui eurent douze filles en dix ans. Quand l’aînée eut 18 ans, le saint confesseur demanda audience au roi. Il lui avoua que le Malin tentait les princesses et même si c’était en vain, celles-ci se soulageaient entre elles pour compenser l’absence d’hommes. Le roi décida d’envoyer la reine et le confesseur dans un monastère. dès que la reine et le prélat eurent quitté le palais, Gonzalve en profita pour appeler une de ses maîtresses et lui... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 21:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 avril 2008

Trois filles et leur mère 2

Le soir, Teresa frappe à sa porte et il lui dit les mots qu’il n’a pas su dire à Charlotte : « salope, putain ». Elle lui raconte sa vie car +*** veut la connaître. Elle est née dans une famille d’acrobates italiens. Sa mère et ses trois tantes étaient lesbiennes et incestueuses. Elles se prostituaient parfois mais toujours par derrière pour ne pas être enceintes. Teresa tente ensuite d’exciter le jeune homme mais il réalise qu’il la déteste pour ce qu’elle est. Mais Teresa lui saute dessus et lui offre son vagin qu’elle n’a plus... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2008

Trois filles de leur mère (Pierre Louÿs) 1

Trois filles de leur mère (Pierre Louÿs) +*** a vingt ans quand Mauricette, 14 ans et demi lui offre son pucelage. En fait, elle lui refuse sa bouche et son sexe mais veut être sodomisée, qu’on l’appelle Ricette quand on l’encule et qu’elle soit mordue. Louÿs attaque très fort dans le stupre et on sent dès les premières pages qu’il se veut égal de Sade dans la perversion. Ame sensible s’abstenir donc. Ce livre n’est pas à placer entre toutes les mains et il mériterait d’être accompagné d’un avertissement. Il est peut-être une... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2007

Harold et Maude

Harold et Maude de Collin Higgins Ce roman a la particularitéd’être tiré du scénario d’Higgins pour le film du même nom alors qu’engénéral c’est le film qui est tiré du livre. Le livre commencepar le suicide de Harold Chasen. Après avoir écrit une lettre à samère, il se pend avec pour fond sonore la musique de Chopin. On apprendpar Mme Crawford qu’Harold a hérité des valeurs de son père : sonpenchant pour l’absurde. Etait-ce une mise en scène, un faux suicide ?Toujours est-il que sa mère n’y croit pas et se... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 18:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]