11 mai 2008

Pybrac (Pierre Louÿs)

Pybrac I Louÿs dresse une liste de ce qu’il n’aime pas. Cela le conduit à évoquer les lesbiennes et leurs manies comme par exemple : « Je n’aime pas à voir trois petites gougnottes qui, ne pouvant coucher ensemble ouvertement, se branlent dans les coins, se goussent dans les chiottes et se pissent en bouche et trouvent ça charmant ».Dans la pornographie, Louÿs use de l’humour au second degré, on sent qu’il s’amuse quand il écrit : « Je n’aime pas qu’Agnès qui croit sa vie amère s’enfuit à quinze ans afin d’avoir vécu et se fait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 13:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 mai 2008

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses I C’est l’histoire d’un roi et sa reine qui eurent douze filles en dix ans. Quand l’aînée eut 18 ans, le saint confesseur demanda audience au roi. Il lui avoua que le Malin tentait les princesses et même si c’était en vain, celles-ci se soulageaient entre elles pour compenser l’absence d’hommes. Le roi décida d’envoyer la reine et le confesseur dans un monastère. dès que la reine et le prélat eurent quitté le palais, Gonzalve en profita pour appeler une de ses maîtresses et lui... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 21:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 avril 2008

Trois filles et leur mère 2

Le soir, Teresa frappe à sa porte et il lui dit les mots qu’il n’a pas su dire à Charlotte : « salope, putain ». Elle lui raconte sa vie car +*** veut la connaître. Elle est née dans une famille d’acrobates italiens. Sa mère et ses trois tantes étaient lesbiennes et incestueuses. Elles se prostituaient parfois mais toujours par derrière pour ne pas être enceintes. Teresa tente ensuite d’exciter le jeune homme mais il réalise qu’il la déteste pour ce qu’elle est. Mais Teresa lui saute dessus et lui offre son vagin qu’elle n’a plus... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2008

Trois filles de leur mère (Pierre Louÿs) 1

Trois filles de leur mère (Pierre Louÿs) +*** a vingt ans quand Mauricette, 14 ans et demi lui offre son pucelage. En fait, elle lui refuse sa bouche et son sexe mais veut être sodomisée, qu’on l’appelle Ricette quand on l’encule et qu’elle soit mordue. Louÿs attaque très fort dans le stupre et on sent dès les premières pages qu’il se veut égal de Sade dans la perversion. Ame sensible s’abstenir donc. Ce livre n’est pas à placer entre toutes les mains et il mériterait d’être accompagné d’un avertissement. Il est peut-être une... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2007

Harold et Maude

Harold et Maude de Collin Higgins Ce roman a la particularitéd’être tiré du scénario d’Higgins pour le film du même nom alors qu’engénéral c’est le film qui est tiré du livre. Le livre commencepar le suicide de Harold Chasen. Après avoir écrit une lettre à samère, il se pend avec pour fond sonore la musique de Chopin. On apprendpar Mme Crawford qu’Harold a hérité des valeurs de son père : sonpenchant pour l’absurde. Etait-ce une mise en scène, un faux suicide ?Toujours est-il que sa mère n’y croit pas et se... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 18:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 octobre 2007

Printemps au parking

Printemps au parking de Christiane Rochefort La romancière Christiane Rochefort était une battante bien de son siècle. Elle a brocardé  pendant quarante ans les bourgeois, la misère des banlieues, l’exploitation des enfants et celle des femmes. Elle n’a publié son premier roman à succès qu’à quarante et un ans, "le Repos du guerrier" (1958). Ce récit sulfureux fut adapté au cinéma par Roger Vadim, avec Brigitte Bardot. Un soir, un garçon bouche la vue de l’écran de télé et son père lui dit de se pousser alors... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 août 2007

Comment j'ai mangé mon père

Pourquoi j’ai mangé mon père (Roy Lewis) Vercors est letraducteur de ce livre. C’est le géologue Théodore Monod qui le lui aprésenté en disant : « Je ris; et tu riras, c’est le livre le plusdrôle de toutes ces années, mais ce n’en est pas moins l’ouvrage leplus documenté sur l’homme et ses origines ». D’abord on prendconnaissance de l’oncle Vania à la silhouette massive et aux jambestrop courtes. Ses deux longs bras frôlent le sol mais c’est un êtreplein de gentillesse, toujours prêt à récompenser d’une figue ou... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 août 2007

La part des ténèbres

La part des ténèbres Le personnage de ce roman est Thad Beaumont né à Bergenfield dans le New Jersey en 1949. En 1960, il envoya une nouvelle de sa main au concours de jeunes écrivains organisé par la magazine American Teen. Il reçut une mention Honorable dans la catégorie fiction du concours. Il aurait reçu le 2è prix si les juges ne s’étaient aperçus qu’il lui manquait deux ans pour faire partie du groupe des 13/19 ans. Sa nouvelle « outside of Marty’s house » fut jugée d’une exceptionnelle maturité. Il reçut un Certificat de... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2007

La peau sur les os

La peau sur les os Maigrir, Billy Halleck ne demandait pas mieux. Ses 112 kilos n’étaient-ils pas le seul problème de ce paisible avocat, mari et père comblé, dans sa petite ville du Connecticut ? Et puis un vieux gitan au nez décomposé lui caresse la joue du bout de son index et murmure « Maigris ». Tout allait bien pour Billy, son cabinet lui avait donné de l’avancement, sa femme Heidi avait arrêté de le bassiner avec son poids et, lui, avait cessé de lui faire la guerre au sujet des trente cigarettes qu’elle s’envoyait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2007

Pierre Louÿs : Archipel

ArchipelPierre Louÿs Ce livre de Pierre Louÿs est une recueil d’articles et de contes assez éloignés de l’oeuvre érotique de l’auteur mais révélateurs de ses goûts et de son érudition. La nuit de printemps Néphélis, s’est parée et parfumée. C’est la nuit et elle attend son amant mais c’est un homme hirsute et sale qui se présente à elle : le roi D’Egypte embaumé, mort depuis cent ans. L’homme momifié lance une drachme d’argent à Nhéphélis en la traitant de prostituée et en lui ordonnant de faire son métier. Comme fou, il ne... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]