08 août 2010

A rebours III

XIV La faiblesse de des Esseintes était déjà grande et il se demanda si elle n’allait pas s’accroître et l’obliger à garder le lit. Il se rappela que l’un de ses amis, jadis bien malade, était parvenu, à l’aide d’un sustenteur, à enrayer l’anémie. Il dépêcha son domestique à Paris, à la recherche de cet instrument. Grâce à ce sustanteur, la névrose de des Esseintes stationna. Il voulut finir de ranger ses livres mais la fatigue l’en empêcha alors il demanda à son domestique de le faire à sa place en suivant ses ordres. Des... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2010

A rebours II

VI des Esseintes pensa à un de ses anciens camarades, d’Aigurande qu’il avait aidé, par ses bons conseils, à se marier mais le mariage n’avait pas duré. Un soir, il y a des années, des Esseintes avait rencontré un garçon dans la rue. Il s’appelait Auguste Langlois. Il l’avait emmené au bordel. Des Esseintes voulait habituer Auguste au luxe du bordel pour qu’il en prenne l’habitude et que cela lui devienne nécessaire. Des Esseintes voulait pousser le garçon à voler pour qu’il séjourne au bordel. Il espérait que le garçon irait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2010

A rebours I

A rebours, Huysmans Huysmans a avoué, 19 ans après l’édition d’A rebours, que ce livre fut une amorce de son œuvre catholique qui s’y trouve, tout entière, en germe. Notice A en juger par les quelques portraits conservés au château de Lourps, la famille des Floressas des Esseintes avait, au temps jadis, été composée d’athlétiques soudards, de rébarbatifs reîtres. La décadence de cette ancienne famille avait, sans nul doute, suivi régulièrement son cours. Les des Esseintes marièrent, pendant deux siècles, leurs enfants... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2010

Charlot et la fabulation chaplinesque III

III Les procédés du comique chaplinesque 1 – Le ballet et la structure A la Keystone, lorsque Chaplin fut à même de composer et de diriger ses films, l’influence de Mack Sennett demeura prépondérante. Chaplin, réunissant des éléments jusqu’alors épars dans les comédies de Mack Sennett, les unifiant dans une suite logique et cohérente, organisant leur diversité, réalisa tout d’abord une quantité d’oeuvrettes composées et rythmées avec autant de précision qu’un ballet. Sauf Charlot rival d’amour dans lequel le personnage humain et... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2010

Charlot et la fabulation chaplinesque II

III Les procédés du comique chaplinesque 1 – Le ballet et la structure A la Keystone, lorsque Chaplin fut à même de composer et de diriger ses films, l’influence de Mack Sennett demeura prépondérante. Chaplin, réunissant des éléments jusqu’alors épars dans les comédies de Mack Sennett, les unifiant dans une suite logique et cohérente, organisant leur diversité, réalisa tout d’abord une quantité d’oeuvrettes composées et rythmées avec autant de précision qu’un ballet. Sauf Charlot rival d’amour dans lequel le personnage humain et... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 20:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2010

Charlot et la fabulation chaplinesque I

Charlot et la « fabulation chaplinesque » (Jean Mitry) I Charlot et le cinéma Chaplin compose avec le cinéma. Il met en œuvre toutes les ressources, toutes les disponibilités de l’image animée mais il se révèle beaucoup moins grâce à elles qu’à travers elles. Son art est dans la création d’un univers qui lui est propre, qui tient du mimodrame, du ballet et de la danse. Mitry évoque « L’opinion publique » qu’il considère comme le premier film authentiquement psychologique, la première étude de mœurs dans laquelle les nuances,... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) III

Isabelle Filliozat pense que trop de politesse tue la politesse. Par politesse, nous pouvons manquer au final de respect envers les autres, en pensant à leur place, en n’écoutant pas leurs désirs et leurs besoins. Nous avons appris : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse », c’est une bonne idée. Mais nous en avons parfois abusivement déduit « fais à autrui ce que tu voudrais qu’il te fasse ». Isabelle Filliozat pense que la ponctualité consiste à respecter les horaires, pas les personnes c’est un choix... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) II

L’activité remplit notre réservoir de gratification sans avoir à prendre de vrai risque relationnel.  Certains travaillent à en perdre haleine, juste pour ne pas sentir la solitude de leur vie affective. L’activité soulage les hommes. Pour gérer le stress, ils ont besoin de « faire » quelque chose. Les hommes préfèrent « faire » (descendre la poubelle, monter du bois) plutôt que prendre leur femme dans leurs bras. Les femmes font de même avec leurs enfants. C’est si dur de rester juste là. De simplement écouter l’autre, et ETRE... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) I

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) Introduction Isabelle Filliozat raconte qu’elle a voulu s’installer vers Aix-en-Provence et que son entourage a voulu l’en décourager. Elle voulait inscrire ses enfants dans une école Freinet. Une fois installée elle a invité ses voisins pour prendre un apéro. Elle a vite découvert que les Aixois passent volontiers chez vous à l’improviste pour dire bonjour, proposer un service, venir aux nouvelles… Pour son premier apéro avec ses voisins, ces derniers sont venus avec des bouquets de fleurs... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2010

Nazisme et sociétés secrètes (Jean-Claude Frère) III

Alfred Rosenberg et « le Mythe du XXè siècle ». Pour J.C. Frère, Rosenberg fut l’homme qui, publiquement témoigne de la synthèse entre les idées magiques et le nazisme. Il fréquenta les sociétés secrètes qui préparèrent l’avènement du nazisme. Rosenberg naquit à Talinn, en Estonie, le 12/1/1893. A l’origine il était sujet russe. Il étudia à l’université de Moscou pour obtenir un diplôme d’orchestre. Il s’engagera dans l’armée blanche. Il se rendit à Kiev où il remarqua les Prusso-teutoniques du Baltikum. En 1919, il se rendit à... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]