24 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) III

Isabelle Filliozat pense que trop de politesse tue la politesse. Par politesse, nous pouvons manquer au final de respect envers les autres, en pensant à leur place, en n’écoutant pas leurs désirs et leurs besoins. Nous avons appris : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse », c’est une bonne idée. Mais nous en avons parfois abusivement déduit « fais à autrui ce que tu voudrais qu’il te fasse ». Isabelle Filliozat pense que la ponctualité consiste à respecter les horaires, pas les personnes c’est un choix... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) II

L’activité remplit notre réservoir de gratification sans avoir à prendre de vrai risque relationnel.  Certains travaillent à en perdre haleine, juste pour ne pas sentir la solitude de leur vie affective. L’activité soulage les hommes. Pour gérer le stress, ils ont besoin de « faire » quelque chose. Les hommes préfèrent « faire » (descendre la poubelle, monter du bois) plutôt que prendre leur femme dans leurs bras. Les femmes font de même avec leurs enfants. C’est si dur de rester juste là. De simplement écouter l’autre, et ETRE... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) I

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) Introduction Isabelle Filliozat raconte qu’elle a voulu s’installer vers Aix-en-Provence et que son entourage a voulu l’en décourager. Elle voulait inscrire ses enfants dans une école Freinet. Une fois installée elle a invité ses voisins pour prendre un apéro. Elle a vite découvert que les Aixois passent volontiers chez vous à l’improviste pour dire bonjour, proposer un service, venir aux nouvelles… Pour son premier apéro avec ses voisins, ces derniers sont venus avec des bouquets de fleurs... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2010

Nazisme et sociétés secrètes (Jean-Claude Frère) III

Alfred Rosenberg et « le Mythe du XXè siècle ». Pour J.C. Frère, Rosenberg fut l’homme qui, publiquement témoigne de la synthèse entre les idées magiques et le nazisme. Il fréquenta les sociétés secrètes qui préparèrent l’avènement du nazisme. Rosenberg naquit à Talinn, en Estonie, le 12/1/1893. A l’origine il était sujet russe. Il étudia à l’université de Moscou pour obtenir un diplôme d’orchestre. Il s’engagera dans l’armée blanche. Il se rendit à Kiev où il remarqua les Prusso-teutoniques du Baltikum. En 1919, il se rendit à... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 juillet 2010

Nazisme et sociétés secrètes (Jean-Claude Frère) II

Un groupe de rosicruciens de Berlin décida, à la fin du XIXè siècle, de fonder la société du Vril à la suite des lectures de l’œuvre de Jacolliot. En Angleterre, Matthers introduisit cette doctrine dans la société secrète dont il était le grand-maître ; la Golden Dawn essaima en Allemagne. Haushofer y serait allé. J.C. Frère prétend que Haushofer faisait partie de la société du Vril sans citer ses sources. Le mystère du Vril fera également l’objet d’un roman, la Race à venir, de Edward Bulwer-Lytton. Hitler aurait lu ce livre selon... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2010

Nazisme et sociétés secrètes (Jean-Claude Frère) I

Nazisme et sociétés secrètes (Jean-Claude Frère) La sainte Vehme Au XIIè siècle, le Saint-Empire romain germanique traverse une des grandes crises de son histoire. Les empereurs sont menacés dans leur pouvoir par l’action de différentes sectes dont l’ambition est de voir les nations germaniques abandonner le rêve romain et s’en retourner vers des coutumes du sang et du sol, vers les réalités de la race. Au XIIè siècle, les désordres se font particulièrement importants en Westphalie. Pourtant dans l’Empire, on trouve des... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 juin 2010

Le Lièvre de Patagonie (fin)

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> En 1979, Lanzmann interrogea Broad. William avait été remplacé par Dominique Chappuis. Le système était différent. La paluche avait été cachée dans un banal sac de toile décoré d’étoiles et de rondelles argentées. Il avait deux pochettes dans lesquelles étaient disposées des paquets de cigarettes. La paluche reposait au fond du sac. L’objectif était caché par une rondelle argentée. Hélas, une fumée blanche sortit du sac. Broad vit... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2010

Le Lièvre de Patagonie III

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Chapitre XVI Dans le tournant des années 60, Lanzmann écrivait chaque mois dans « Elle » des textes de fond sur des événements mondiaux, des livres, des écrivains, des acteurs. Les articles jugés trop durs par « Elle » furent publiés par « France observateur ». Sartre et Beauvoir étaient allés à Cuba et manifestèrent leur enthousiasme. Sartre écrivit sur Cuba dans « France Soir ». Seize articles furent publiés dans ce journal... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2010

Le Lièvre de Patagonie II

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Chapitre X En Patagonie, Claude aperçut un lièvre dans le balayement de ses phares et la Patagonie tout entière lui transperçait soudain le coeur de la certitude de leur commune présence. En 1946, Claude partit en Italie avec Cau et d’autres amis. On leur vola leur argent et ils trouvèrent refuge chez un ami de Toni Gaggio, le mari de la tante de Claude. Ils étaient à Venise et furent recueilli par un fasciste qui avait connu... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2010

Le Lièvre de Patagonie I

&lt;!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&gt; Le lièvre de Patagonie (Claude Lanzmann)   Le titre de l’autobiographie de Lanzmann fait référence au livre de Silvina Ocampa « Le lièvre doré ». Les lièvres de ce livre tentent d’échapper aux chiens.   Avant-propos   Claude Lanzmann annonce qu’il n’a pas écrit directement ce livre mais l’a dicté à Juliette Simon, son adjointe à la direction de la revue Les Temps Modernes. Et quand Julie était... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]