28 juin 2008

Coluche par Franck Tenaille

Coluche par Franck Tenaille Le film de sa vie Toute vie a son triangle des Bermudes où se noient, au fil des ans, les souvenirs. Pour Coluche, c’était Montrouge, banlieue ouvrière. Il y est né le 28 octobre 1944 au 5 de l’avenue Emile Boutroux, dans un immeuble de briques noires. Son père, Honoré Colucci était maçon et peintre en bâtiment. Sa mère, Mathilde (dite Monette) était fleuriste. L’aisance fruste de la famille de l’immigré italien doit compter avec le destin abrupt. En 1947, Honoré meurt, laissant une veuve de 27 ans et... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2008

Blumroch l'admirable 2

29 Pour Blumroch, c’est Van Vogt qui a le plus intensément rêvé du surhomme mental. Comme lui, il pense que la société est encombrée de gens hargneux qui ne sont pas à leur place parce qu’On lui veut du mal. Il appelle ça la « narapoïa ». Il pense que si les moins intelligents continuent à proliférer, tandis que les mieux doués s’abstiennent, le monde sera une élite minuscule s’exténuant à sauver du marasme 99% d’hébétés. 30 Blumroch cite Heinlein. Un jeune homme qui vogue dans l’espace est attrapé par des gardiens du Cosmos. On le... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2008

Blumroch l'admirable (Pauwels)

Blumroch l’admirable ou le déjeuner du surhomme (Louis Pauwels) Ce livre de Pauwels est un hommage à son ami Jacques Bergier, co-auteur du Matin des magiciens. Pauwels s’est inspiré du Neveu de Rameau de Diderot pour écrire sur Bergier. Son livre est un roman fantasque à deux personnages recréés avec toutes les libertés de l’art. Première partie : le déjeuner 1 Le narrateur a rendez-vous avec Blumroch mais en vingt ans d’amitié, il ne l’a jamais tutoyé et ne lui a jamais fait de confidence. 2 Le narrateur appartient à une... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 16:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 mai 2008

Fatherland 4

Samedi 18 avril 1 March se rend chez Charlotte. Elle est en compagnie de Henry Nightingale. Nightingale pense que la Gestapo a dû planquer un micro chez Charlotte alors tous les trois décident d’aller dans la salle de bain en laissant l’eau couler pour se parler. Maguire révèle à March que Luther l’a à nouveau appelée. Quarante minutes après la découverte du corps. Charlotte a enregistré la conversation. Luther a des informations à lui communiquer et veut la voir au Grand dôme avec quelqu’un de l’ambassade des Etats-Unis. Alors... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2008

Fatherland 3

5 March, rentré chez lui, découvre son appartement sens dessus-dessous. La Gestapo est donc passée. Il a reçu une lettre de son ex-femme, elle lui déclare qu’il ne verra plus son fils. March prend tout son argent à la banque car il va aller en Suisse pour son enquête. Il veut aller voir Nebe mais celui-ci n’est pas dans son bureau. En tout cas c’est ce qu’on lui fait croire mais en insistant il obtient gain de cause. March demande à Nebe de lui délivrer une autorisation de quitter l’Allemagne. Nebe ironise mais March lui montre la... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2008

Fatherland 2

  6   March va voir Fiebes. On apprend que l’homosexualité et l’union interraciale ont remplacé l’inceste et le viol au rang des crimes sexuels. L’avortement est passible de peine de mort. Stuckart a écrit un livre de commentaire sur les lois raciales de Nuremberg. Apparemment la propagande a laissé croire que tous les Juifs avaient été déportés à l’Est et non exterminés. Fiebes laisse March consulter le dossier de Stuckart. Stuckart aurait délivré des autorisations de mariage en échange de pots-de-vin et avait exigé les... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2008

Fatherland 1

Fatherland (Robert Harris) Mardi 14 avril 1964 Le monde après la guerre gagnée par les nazis. Voici la trame de ce thriller, uchronie déjà imaginée par Philip K. Dick avec « Le maître du haut château ». Le livre commence par un serment SS daté du 14 avril 1964 : « A toi, Adolf Hitler, Führer et chancelier du Reich allemand, Je jure fidélité et courage. A toi, et aux chefs, Par toi désignés, Je jure obéissance dans la Mort. Ainsi m’aide Dieu. » 1 L’inspecteur Xavier March de la Kriminalpolizei de Berlin est appelé par... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2008

Pybrac (Pierre Louÿs)

Pybrac I Louÿs dresse une liste de ce qu’il n’aime pas. Cela le conduit à évoquer les lesbiennes et leurs manies comme par exemple : « Je n’aime pas à voir trois petites gougnottes qui, ne pouvant coucher ensemble ouvertement, se branlent dans les coins, se goussent dans les chiottes et se pissent en bouche et trouvent ça charmant ».Dans la pornographie, Louÿs use de l’humour au second degré, on sent qu’il s’amuse quand il écrit : « Je n’aime pas qu’Agnès qui croit sa vie amère s’enfuit à quinze ans afin d’avoir vécu et se fait... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 13:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mai 2008

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses

Histoire du roi Gonzalve et des douze princesses I C’est l’histoire d’un roi et sa reine qui eurent douze filles en dix ans. Quand l’aînée eut 18 ans, le saint confesseur demanda audience au roi. Il lui avoua que le Malin tentait les princesses et même si c’était en vain, celles-ci se soulageaient entre elles pour compenser l’absence d’hommes. Le roi décida d’envoyer la reine et le confesseur dans un monastère. dès que la reine et le prélat eurent quitté le palais, Gonzalve en profita pour appeler une de ses maîtresses et lui... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 21:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 avril 2008

Trois filles et leur mère 2

Le soir, Teresa frappe à sa porte et il lui dit les mots qu’il n’a pas su dire à Charlotte : « salope, putain ». Elle lui raconte sa vie car +*** veut la connaître. Elle est née dans une famille d’acrobates italiens. Sa mère et ses trois tantes étaient lesbiennes et incestueuses. Elles se prostituaient parfois mais toujours par derrière pour ne pas être enceintes. Teresa tente ensuite d’exciter le jeune homme mais il réalise qu’il la déteste pour ce qu’elle est. Mais Teresa lui saute dessus et lui offre son vagin qu’elle n’a plus... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]