24 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) III

Isabelle Filliozat pense que trop de politesse tue la politesse. Par politesse, nous pouvons manquer au final de respect envers les autres, en pensant à leur place, en n’écoutant pas leurs désirs et leurs besoins. Nous avons appris : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse », c’est une bonne idée. Mais nous en avons parfois abusivement déduit « fais à autrui ce que tu voudrais qu’il te fasse ». Isabelle Filliozat pense que la ponctualité consiste à respecter les horaires, pas les personnes c’est un choix... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) II

L’activité remplit notre réservoir de gratification sans avoir à prendre de vrai risque relationnel.  Certains travaillent à en perdre haleine, juste pour ne pas sentir la solitude de leur vie affective. L’activité soulage les hommes. Pour gérer le stress, ils ont besoin de « faire » quelque chose. Les hommes préfèrent « faire » (descendre la poubelle, monter du bois) plutôt que prendre leur femme dans leurs bras. Les femmes font de même avec leurs enfants. C’est si dur de rester juste là. De simplement écouter l’autre, et ETRE... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 17:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juillet 2010

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) I

Les autres et moi (Isabelle Filliozat) Introduction Isabelle Filliozat raconte qu’elle a voulu s’installer vers Aix-en-Provence et que son entourage a voulu l’en décourager. Elle voulait inscrire ses enfants dans une école Freinet. Une fois installée elle a invité ses voisins pour prendre un apéro. Elle a vite découvert que les Aixois passent volontiers chez vous à l’improviste pour dire bonjour, proposer un service, venir aux nouvelles… Pour son premier apéro avec ses voisins, ces derniers sont venus avec des bouquets de fleurs... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2009

Comment se faire des amis ? suite

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Chapitre 13 : c’est par le coeur qu’on parvient à l’esprit Lincoln disait : « Si vous voulez rallier un homme à votre cause, persuadez-le d’abord que vous êtes son ami. Ce sera la goutte de miel qui touchera son coeur, et c’est par le coeur qu’on parvient à l’esprit. Chapitre 14 : le secret de Socrate Quand vous voulez convaincre votre auditeur, évitez, dès le début de la conversation, de soulever les questions sur... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 11:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mars 2009

Comment se faire des amis ?

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Comment se faire des amis (Dale Carnegie) Dale Carnegie, leader mondial de la formation continue, est spécialisé dans les antraînements à la communication, au leadership, à la vente, au management et à la prise de parole en public. Son ouvrage est devenu un classique et a été publié en 1936. L’approche pratique de ce livre l’a placé parmi les dix best-sellers mondiaux en non-fiction de tous les temps. Carnegie est considéré... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 12:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 mai 2007

A propos de la solitude

La grâce de solitude Entre misère et royauté : la libre solitude Le « solitaire heureux » reste un mystère tant la solitude est synonyme de panique dans la société actuelle. Partagé entre besoin d’amour et désir d’indépendance nous ne sommes pas préparés à la solitude quand nous y sommes confrontés. Autrefois rare, la solitude touche aujourd’hui des millions de personnes et pourtant elle est occultée par les penseurs actuels (le mot « solitude » est absent des dictionnaires de sciences humaines !). ... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 22:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 mars 2007

Ce merveilleux malheur

Boris Cyrulnik est connu pour avoir développé le concept de résilience en psychiatrie. Pour lui la résilience " définit La capacité à se développer quand même, dans des environnements qui auraient dû être délabrants." Dans son enfance Boris Cyrulnik a manqué de peu la déportation par les nazis ce qui a marqué sa vie et l'a renforcé. Dans Ce Merveilleux malheur, Cyrulnik combat les idées reçues sur les enfances difficiles. Il nie le poncif consistant à dire que chaque enfant battu devenu adulte reproduira sur sa... [Lire la suite]
Posté par Humanisme à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]