cosmonautes

Histoires de cosmonautes.

Les vertes collines de la terre Robert A. Heinlein.

I

voici l'histoire de Rhysling, le chanteur aveugle des lignes spatiales.

La réputation de Rhysling fut protégée par un exécuteur testamentaire plein de prudence et par le fait que, par un concours de circonstances favorables, il n'eut jamais l'occasion de s'exprimer devant un représentant de la presse. Les chants des lignes de l'espace parurent en librairie la semaine même de sa mort.

Rhysling n'était pas supportable en société. Il souffrait d'un prurit solaire chronique qui le portait à se gratter sans arrêt. Lorsqu'il eut perdu la vue, il se négligea de plus en plus.

Le « bruyant » Rhysling, lorsqu'il signa son contrat pour un voyage circulaire dans les astéroïdes joviens à bord du Goshawk, était mécanicien de seconde classe aux fusées.

Rhysling aurait dû passer chef mécanicien avant de signer pour le voyage circulaire de Jupiter, mais après la randonnée inaugurale de Drywater, il avait été mis à la porte, inscrit sur la liste noire et débarqué à Luna city pour avoir passé son temps à écrire un refrain dans le moment où il aurait dû surveiller ses instruments.

Il gagna, en trichant au jeu, un accordéon appartenant à un barman chinois de Luna city. Après quoi il poursuivit sa subsistance en chantant pour les mineurs, en échange de verres et pourboires, jusqu'au moment où la raréfaction des hommes de l'espace induisit l'rgent de la compagnie à lui offrir une nouvelle chance. Il reprit ses voyages.

Le patron du Goshawk le connaissait ; le capitaine Kiks était astrogateur lors du premier voyage de Rhysling à bord. Rhysling alerta le patron d'un défaut du réacteur mais ne fut pas écouté. À cause de cet incident Rhysling ouvrit le panneau d'urgence il fouilla la substance radioactive avec des pinces. Là, il perdit la vue.

II

Rhysling fut démarqué sur Mars, à Drywater avec un demi mois de salaire.

Il se joignit aux prospecteurs et aux archéologues à How-Far durant un mois puis partit à Marsopolis. Le subtil changement intervenu dans l'orientation de son esprit, qui lui permettait de voir en Marsopolis de la beauté là où il n'y en avait point, commença dès lors d'influencer sa vie entière. Toutes les femmes devinrent belles pour lui.

Son monde en devenait peuplé de femmes ravissantes et d'hommes bien éduqués. Son inspiration s'en trouva adoucie,ses vers de mirliton transformés en poésie.

À Vénusburg il allait dans les bars chanter ses chansons nouvelles. Il gagnait sa vie ainsi. C'était une vie facile.

Tous les ports de l'espace étaient pour lui un foyer et tous les vaisseaux, un engin de transport particulier. Son éditeur, Horowitz fit signer Rhysling sur un vaisseau. Les vertes collines de la terre mirent 20 ans pour atteindre leur forme définitive. Rhysling voulut rentrer sur Terre sans payer son billet. Le capitaine voulut l'expulser mais Rhysling connaissait son droit et savait qu'une clause lui permettait de rentrer sur Terre gratuitement.

Il alla discuter avec Mac Dougal le chef mécanicien. Ils parlèrent mécanique. Mais Mac Dougal prit de plein fouet un jet radioactif qui le carbonisa sur place. Rhysling lança le signal d'alarme à la salle de contrôle. Il mit en place les connexions et entreprit de réduire la fuite à la main. Il rejeta le réacteur et procéda au nettoyage final en chantant. Le vaisseau était sauf et prêt à regagner sa base avec un seul réacteur.

L’Axolotl par Robert Abernathy.

L’Axolotl est une sorte de Triton doté d'un nom Aztèque ; c'est une créature assez laide, pourvue d'un corps flasque et blanchâtre qui semble comme inachevé. Il a des yeux minuscules, des membres débiles et une grande queue maladroite. C'est un amphibien.

Linden et Marty regardaient la fusée qui allait bientôt partir. Marty croyait que les machines avaient une âme. Linden serait dans la fusée quand Marty resterait au sol. Marty voulait essayer des voyages sans passager

Linden avait affirmé avoir rompu avec Ruth pour pouvoir voyager dans l'espace.

Par ce qu'un psycho technicien aurait pu estimer que le fait d'être amoureux l'empêcherait de partir.

Ruth lui annonça que quand il reviendrait elle ne serait plus là pour l'attendre. Elle ne voulait pas risquer d'avoir des enfants anormaux car elle pensait que les rayons cosmiques agiraient sur Linden. Linden lui avoua avoir sauté dans le vide quand il était enfant car il cherchait ce qu'il appelait son tremplin et toute sa vie il l’avait recherché.

Linden accepta que Ruth le quitte.

Il partit dans la fusée et découvrit l’apesanteur. Il riait et cassait les instruments de la fusée.

Il ouvrit la porte de la fusée en criant adieu à la Terre et à Ruth.

Poussé par son instinct, l’Axolotl s'avance vers la terre. Il en émerge une nouvelle créature, la salamandre tigrée. Linden n'était pas mort.

Il se projeta vers l'avant de la fusée. Méthodiquement, il acheva de placer et de relier les morceaux de métal et de verre qu'il avait arrachés à un des instruments de mesure, à l'arrière de la fusée. Ses sens s'étaient aiguisés et multipliés.

Il entendait les voix de la Terre.

Linden communiqua avec Marty. Il lui annonça qu'il continuait le voyage. Il lui dit qu'on pouvait améliorer le principe des moteurs atomiques. Il lui dit que l'espace était inondé d'énergie. Linden appela Ruth pour lui dire qu'il l'aimait et que l'espace l'avait transformé. Il lui demanda de le rejoindre. Elle accepta.

Survie par John Wyndham.

Mrs Falthon regardait la fusée qui allait partir sur Mars.

Elle haïssait l'astronef et toutes les inventions des hommes, d'une haine froide et désespérée.

Elle regarda son gendre qu'elle haïssait lui aussi. Elle regarda sa fille Alice qui devait partir sur Mars. Alice refusa de lui obéir. Elle voulait partir avec son mari. Le père d'Alice la laissa partir en demandant à son gendre de prendre soin d'elle.

Le capitaine du vaisseau procéda à une correction de cap. Il était contre la présence d'Alice. Il pensait qu'une femme n'avait pas sa place sur Mars. Le capitaine ne réussit pas la manoeuvre. Le vaisseau ne répondait pas. Le capitaine Winters annonça le problème aux passagers. Il leur était impossible de se diriger et d'atterrir. Le capitaine allait donc tenter une mise en orbite autour de Mars.

Ils devraient rationner l'eau et la nourriture le temps qu'on vienne les secourir.

Pendant près de trois mois, personne ne mourut. Le Falcon était en orbite autour de Mars. Les passagers étaient affamés. Ils avaient maigri. La première disparition ne fut pas imputable à la maladie ni à la sous-alimentation, elle fut accidentelle. Les mécaniciens Jevans et Bowman essayèrent de réparer la fusée de l'extérieur.

Bowman mourut dans l'opération.

Winters mis son cadavre dans le réfrigérateur de la fusée. Alice alla voir le capitaine pour se plaindre de ses rations. Elle réclame les rations de Bowman.

Le capitaine refusa. Mais Alice insista car elle était tombée enceinte. Le capitaine pensa à utiliser son revolver car il savait que son autorité finirait par ne plus servir. L'expédition de secours n'avait pas encore quitté la Terre.

Carter dit à Winters que les jambes de Bowman avaient disparu.

L'officier de navigation tira sur deux hommes qui étaient entrés dans le compartiment du réfrigérateur.7 passagers avaient été tués pour être mangés. Le reste de l'équipage tira au sort pour savoir qui serait le suivant. Alice refusa de participer au tirage au sort. Elle réclama une dispense en raison de son état. Elle dit qu'elle était devenue une héroïne pour la presse sur Terre et qu'elle ne devait pas mourir. De plus les passagers ne pourraient expliquer sa mort comme ils auraient expliqué celle des autres (ils essayaient de réparer la fusée de l'extérieur).

Quand l'équipe de secours arriva, il ne restait plus qu'Alice et son bébé. Quand Alice vit les hommes lui porter secours, elle les menaça de son revolver en disant à son bébé : « regarde ! De la belle viande ! ».

Cauchemars en Harmaguedon (Ray Bradbury).

L'astronaute Léonard Saile s'était écrasé sur le planètoïde 787.

Sa radio marchait encore et il lui restait des vivres pour deux mois.

Il appela au secours. Un vaisseau partirait de Mars et viendrait le chercher dans six jours.

Il voulut dormir mais il entendit des voix. Elles lui ordonnaient de mourir. Une voix dit : « je suis Tylle de Rathalar. Tueur d'hommes ».

Une autre dit : « je suis Iorr de Wendillo, exterminateur d'infidèles ! ».

Saile cria aux voix de se taire.

Puis il se fit un programme pour ne plus dormir et ainsi ne plus entendre les voix.

Il demanda qu'était ce lieu. « Autrefois, une puissante planète ! » dit Tylle de Rathalar. « Jadis, un champ de bataille ! » dit Iorr de Wendillo. Ils lui dirent qu'ils vivaient à travers lui. Iorr et Tylle étaient ennemis.

Saile leur demanda ce qu'ils étaient. C'étaient des intelligences.

Ils avaient dirigé leurs nations réciproques. La guerre avait duré 5000 ans. Les esprits de leurs nations, grâce aux prodiges de la science, avaient survécu.

Saile était ici pour leur donner le corps dont ils avaient besoin.

Mais il refusa leur intrusion.

Mais il finirait par dormir.

50 000 esprits le saisissaient.

Alors il courut. Il implora Dieu et tout redevint normal.

Mais il pensa au suicide au cas où il n'arriverait pas à résister au sommeil. Il voulut appeler au secours mais la radio était morte. Alors il s'organisa un programme : chanter, jouer au coeur, penser à Helen King.

Il lut Balzac et Tolstoï.

Il prit des comprimés pour ne pas dormir. Il savait que s'il dormait, il devrait subir 20 années de démence, de torture, dans l'obligation de faire ce qu'il ne voulait pas faire.

Il proposa un marché à Iorr et à Tylle. Iorr occuperait son corps les lundis, mercredis et vendredis et Tylle prendrait possession de lui le dimanche, le mardi et le samedi.

Le jeudi serait pour Saile. Ils refusèrent. Saile s'endormit. Iorr et Tylle s'emparèrent de lui alors avec un reste de conscience, Saile se tira une balle ce qui le réveilla.

Il nettoya sa blessure. Une fusée arriva. L'équipage avait intercepté son appel avant que le vaisseau de Mars arrive. On lui injecta un calmant. Alors Saile mourut. L'équipage l'enterra. Puis les hommes s'endormirent.

Les prêcheurs par Robert Abernathy.

I

Loran Jordan était dans son yacht interplanétaire le Morgan Le Fay.

Elle parla argent avec Harry Burk qui voulait le dépenser à l'extension de l'affaire de Théthys.

Ilena Burk, sa femme n'était pas d'accord. Elle était enceinte. Burk avait épousé Ilena pour son argent.

Grâce à elle, il était devenu directeur des entreprises Jordan. Il reconnaissait que c'était elle qui avait, en affaires, la perspicacité la plus aiguë.

Mrs Jordan demanda l'avis de Charles Lindforth. Il ne se prononça pas. Il pensait du mal de Mrs Jordan car son mari avait fait fortune sur son dos. Lindforth aimait bien Burk. Il l’utiliserait pour abattre l'oeuvre édifiée par Jordan. Alors il proposa de saisir les occasions d'investissement dans le système Saturnien. Le plan Thethys consistait à organiser le développement du satellite en tant que lieu de séjour. La fille de Lindforth, Léoce, avait 17 ans et aimait Burk secrètement. Burk annonça que leur vaisseau était en danger à cause d'une panne. Il naviguait à l'aveuglette. Le vaisseau heurta un météorite. Le vaisseau fit une embardée effarante et fit projeter de côté.

II

Ilena fut blessée. L'avant du vaisseau avait été emporté avec le pilote, le navigateur et le mécanicien. Ils n'avaient plus de radio. Mais les moteurs fonctionnaient encore. Cependant ils étaient hors de leur route. Léoce vit que sa mère était morte et elle se sentit étrangement libre. Ilena alla dans la salle des machines. Lindforth inspectait ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait plus. Ilena rejoignit son mari qui était dans la galerie-observatoire.

Il était le seul homme à bord pouvant faire quelque chose. Il dit à sa femme que le vaisseau piquait droit sur la ceinture d'astéroïdes. Il proposa une réconciliation et ils s'embrassèrent.

III

Harry Burk continuait à réparer le vaisseau tandis que Charles Lindforth avait fait une crise de folie. Burk comprit qu'il ne pourrait rien résoudre. Léoce vint lui parler.Burk lui révéla que dans une heure , le Morgan allait passer en plein centre de l'essaim d'astéroïdes nommé les Dupays.

Des créatures y régnaient, les pêcheurs.Burk avait bavardé avec Pete Boda, le seul homme sorti vivant des Dupays. Il avait réussi à résister aux pêcheurs qui saisissaient l'esprit des hommes. Boda avait dit à Burk que la religion l'avait sauvé mais qu'il avait vécu 10 siècles en enfer. Alors Léoce avoua son amour pour Burk. Il l'embrassa. Il lui révéla qu'il rêvait de s'acheter un vaisseau s'il survivait.

IV

Burk révéla aux autres ce qui allait se passer. Il leur parla des pêcheurs qui étaient doués d'intelligence et qui s'arrangèrent pour survivre quand leur monde explosa il y a 1 milliard d'années.

Mrs Jordan pensait à son mari qui avait appris à Ilena à haïr sa mère. À présent Mrs Jordan n'avait plus personne.

Burk leur conseilla de se cramponner farouchement à ce qu'ils pouvaient avoir de plus fort dans la vie pour résister aux pêcheurs. Il leur dit que si l'un d'entre eux succombait aux pêcheurs il devrait être éliminé par les autres.

Une senteur délicate atteint le vaisseau puis une sorte de bruit étouffé.

V

Mrs Jordan se sentit sombrer dans un abîme et implora un bref sursis. Elle sut soudain que sa peur était sa seule chance de salut. Elle se vit dans un édifice au plafond voûté, soutenu par des colonnes.

Une ombre la suivait. Elle vit un squelette. Quelque chose lui murmura d'aller vers une niche. Dans la niche suivante, elle vit la silhouette pâle et rigide d'un mort récent.

Elle hurla car elle reconnut son corps. Puis elle se retrouva dans une prairie ensoleillée. Elle courut.

VI

Lindforth vit une grande pièce où des hommes au visage grave, vêtus sobrement, se tenaient assis autour d'une table d'acajou poli. Il décela la fraude. C'était la salle de réunion du conseil d'administration des entreprises Jordan avec les directeurs qui s'inclinèrent devant lui. Ils le prirent pour Loran Jordan. On lui proposa le rapport annuel. Il le lut. Il était constitué de notes nécrologiques avec son nom. Lindforth le jeta. Les directeurs lui proposèrent de voir le traître Lindforth. Il accepta et entra dans un ascenseur qui monta très haut.

Il vit le traître Lindforth attaché. Il avait les traits de Jordan. Les directeurs lui proposèrent un détonateur. Lindforth s'en servit les immeubles appartenant à la compagnie Jordan furent projetés dans l'espace. Cependant, Loran Jordan se tenait toujours là, immobile et souriant. Lindforth le poussa. La silhouette disparut. Les pêcheurs avaient eu leur deuxième victime.

VII

Léoce se retrouva dans l'obscurité et appela sa mère. Sa mère apparut. Elle se raccrocha la pensée d'Harry. Elle le vit. Elle enfouit son visage au creux de l'épaule de Harry. Côte à côte, ils gravirent la spirale d'un vaste escalier.

Ils atteignirent un immense palier tapissé de rouge. Elle s'écarta d'Harry réalisant que c'était un leurre. Harry portait une robe de prêtre de couleur écarlate. Son visage était dissimulé dans l'ombre d'une capuche. Il lui ordonna de le suivre et elle obéit. Ils aboutirent dans une salle aux murs élevés tendus de velours rouge. Ils se retrouvèrent devant un autel. Il y avait une multitude de visages empreints d'adoration et de terreur.

Léoce reconnut son père, Ilena, Mrs Jordan et des camarades de classe. Elle vit encore sa mère. Ils étaient voués à la mort, elle seule pouvait les sauver. Elle vit Harry. Le prêtre à ses côtés n'était donc pas Harry. Le prêtre voulut la tuer avec un couteau mais elle s'en saisit et s'en plongea la pointe dans le coeur. Les pêcheurs l'avaient eue.

VIII

Harry sentit la chose près de lui. Il l'insulta.

Il se tenait debout, au coin d'une rue. Il vit un pêcheur. Il l'insulta. Harry portait une veste de cuir déchirée et des bottes éraflées. Il marcha et le pêcheur le suivit en lui promettant de lui offrir tout ce qu'il voudrait. Il vit un vaisseau superbe. Le pêcheur lui proposa de s'enfuir. Harry jeta des dés pour parier sur son avenir. Les pêcheurs l'avaient eu.

IX

un pêcheur approcha Ilena.

Elle resta impossible. Elle pensa au bébé qu'elle portait. Elle l'appellerait Loran.

Elle se vit dans une pièce avec son fils devenu homme. Elle était vieille. Son fils avait les traits de Harry.

Puis elle vit son père devant sa cheminée. Il parlait de ses affaires. Ilena était redevenue enfant. Son père lui demanda de le suivre. Elle obéit. Les pêcheurs avaient gagné.

X

Le bébé de Ilena était la dernière proie. Ne sachant rien, si ce n'était la loi de la vie qui se développait en lui, il réagit, au premier contact du voleur, avec une fureur aveugle.

Les pêcheurs reculaient, déroutés.

Le bébé n'avait aucun désir inassouvi. Pour le bébé, la naissance était une cassure ressentie avec fureur. Le premier souvenir de conflit serait le souvenir d'une victoire.

Les pêcheurs échouèrent.

XI

les pêcheurs vaincus recherchèrent leurs proies. Lindforth annonça qu'il quittait la compagnie Jordan. Léoce pleurait. Ilena le calma. Léoce ne regardait plus Harry. Mrs Jordan était morte.

Harry abandonnait ses ambitions. Mais il voulait rester avec Ilena et son enfant. L'enfant serait différent mais à quel point, ils ne s'en doutaient pas encore…

Le retour à la terre (Walter M. Miller Jr).

Le cosmonaute était revenu sur Terre. Il était dans un bus. Il harcelait une jeune femme pour lui faire un brin de causette. Puis il s'endormit dans le couloir du bus. Il n'avait pas vu la Terre depuis neuf mois. Il avait des croûtes sur les paupières à cause du soleil. Il était déséquilibré par l'apesanteur et agoraphobe. Il s'appelait Hagey Parker. Il avait des origines Cherokee. Il poussa un cri de guerre indien. Le chauffeur le menaça de le conduire à la police. Alors Hagey s'endormit. Le chauffeur l'aida à descendre. Il l'aida à traverser.

Il voulut savoir si quelqu'un viendrait le chercher. Hagey voulait voir son fils mais c'était une surprise.

Le chauffeur l'abandonna. Hagey voulut monter mais tomba.

Il réussit à marcher un peu mais tomba sur la route devant une voiture qui freina. Le chauffeur le sermonna. Il lui demanda où il allait. Hagey répondit chez Marie Hauptman. Le chauffeur la connaissait mais elle avait changé de nom. Il l’emmena chez elle. Hagey resta couché devant la maison et  but du gin. Il pensa à Marie qui lui en voudrait car il avait perdu tout l'argent qu'il avait gagné comme cosmonaute. Le frère de Marie entendit du bruit et envoya son chien, c'était Hookey. Le chien le reconnut puis retourna chez son maître. Hagey s'endormit dans la boue. Hookey le réveilla. Il avait laissé ses pieds dans le béton et était emprisonné. Il entendit un cri de bébé. Alors il cria au secours. Il sanglota quand les hommes le découvrirent.